Le Pantographe reste dans l'impasse

Deux heures et demi de débat qui ne débouche sur une aucune solution concrète. La table ronde ...
Le Pantographe reste dans l'impasse

La table ronde a vu les différentes entités s'expliquer sur leur problème de cohabitation La table ronde a vu les différentes entités s'expliquer sur leur problème de cohabitation

Deux heures et demi de débat qui ne débouche sur une aucune solution concrète. La table ronde organisée mercredi soir à Moutier n’a pas permis de régler le différend qui existe entre le Pantographe et le Musée du Tour automatique. Le collectif culturel prévôtois avait l’intention de rendre la discussion publique afin de ne pas se retrouver sans domicile à la fin de l’année. Date à laquelle, le Musée doit acheter l’ancienne Usine Junker, actuellement propriété de Tornos, pour mettre en place son projet de nouveau musée. 

Un match de boxe sans vainqueur

Le premier round a vu les différents acteurs, à savoir le Pantographe, le Musée et la commune, faire un rappel des faits de leur institution et d’expliquer aux 80 personnes présentes les raisons qui ont mené à cette incapacité de cohabiter. Le deuxième round a permis à la population d'intervenir par le biais de nombreuses interrogations sur cette problématique. Les réflexions ont souvent pris à parti les représentants du Musée du Tour automatique pour leur manque d’ouverture face au problème de cohabitation avec le collectif culturel du Pantographe. Claude Monnerat, président de la fondation du Musée, a fait valoir le rapport, réalisé par un expert externe, qui a conclu que le projet du nouveau musée devisé à trois millions de francs était réalisable et que la cohabitation ne pouvait pas se faire. Le Musée, s’il achète l’ancienne usine Junker, ne veut donc pas voir le Pantographe rester dans ces lieux.

Un manque de présence

La commune a également été prise pour cible dans ce débat. Les critiques se sont dirigées contre le manque de présence des autorités dans ce dossier sensible. La commune a rappelé de son côté les tentatives avortées de discussions qu’elle avait mise en place et le peu de marge de manœuvre possible pour arranger la situation. De plus, à l’heure actuelle aucun bâtiment ne correspond aux attentes du Pantographe dans la ville de Moutier.

Le Musée fait la sourde oreille

Finalement, des propositions sont venues de l’auditoire. A savoir de prolonger le statu quo actuel jusqu’au moment où le Musée du Tour automatique aura réuni les fonds nécessaires pour commencer les travaux de son projet. Un laps de temps qui doit permettre aux différents partis de trouver une solution de déménagement pour le Pantographe et ainsi de ne pas voir se terminer le collectif culturel au 31décembre prochain. Une demande sur laquelle Claude Monnerat n’a pas voulu entrer en matière. La seule note positive de la soirée aura été de savoir que la commune va tenter de relancer une ultime table ronde à l’interne pour que chaque entité puisse y trouver son compte. Le débat n’est donc pas encore terminé. / dpi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus