Peu de familles vivent en sous-sol

Les centres de requérants d’asile souterrains bernois n’accueillent pas beaucoup de femmes ...
Peu de familles vivent en sous-sol

Des dortoirs de fortune avaient été installés au local PC du Wasen à Bienne Des dortoirs de fortune avaient été installés en février dernier au local PC du Wasen à Bienne

Les centres de requérants d’asile souterrains bernois n’accueillent pas beaucoup de femmes et d’enfants. Une garantie apportée par le Conseil-exécutif dans sa réponse à une motion de deux députés alémaniques. Ces élus écologistes exhortent le gouvernement bernois à trouver des solutions adaptées pour les familles. Ils craignent qu’avec l’explosion des demandes attendues en 2013, le canton ne soit forcé à loger de plus en plus de requérants dans des locaux souterrains. Le Conseil-exécutif précise qu’il tente de convaincre communes et privés pour qu’ils mettent à disposition des logements adéquats.

Le gouvernement bernois apporte quelques précisions à ce titre-là. Actuellement, les locaux souterrains accueillent 600 requérants. En tout, le canton dispose de 24 centres d’hébergement collectif pour quelque 1950 places d’accueil. La capacité maximale est presque atteinte. Cette année, ce sont plus de 4000 nouveaux requérants qui devraient être placés dans le canton.

Le gouvernement propose au Grand Conseil bernois l’adoption du texte. La motion relève toutefois de la compétence unique de l’exécutif. /fra


Actualisé le

 

Actualités suivantes