Condor entame sa mue

Condor à Courfaivre

Plus de dette pour Condor. Un peu moins d’un an après l’octroi d’un sursis concordataire, l’ambiance est plus sereine pour l’entreprise de Courfaivre. Les derniers contrats avec les anciens clients ont pu être honorés et le parc machines est encore là, même si les machines les plus modernes avaient été vendues du temps des anciens propriétaires. Dernière modification en date, le capital-actions vient d’être réduit de près de moitié. Le propriétaire de Condor-FAST SA Aerospace Technologies, Rainier Biétry, explique que l’objectif est ainsi de présenter des comptes équilibrés. « Aucune banque ou partenaire n’accepterait de travailler avec une entreprise qui affiche une grosse perte ».

Condor fait peau neuve

La question qui se pose actuellement est l’éventuelle réouverture d’un atelier. Ce serait prématuré pour l’instant, selon Rainier Biétry qui étudie plusieurs pistes et reste tourné vers le domaine de l’aviation. L'année 2013 sera surtout consacrée à assainir les locaux dans le but de les louer en partie pour couvrir les frais d’entretien. Un assainissement qui demande un gros investissement et qui va s’étaler dans le temps, sur plusieurs étapes.

L’histoire de Condor, un trésor

Les archives et anciens cycles de Condor vont également être triés et traités cette année pour être peut-être mis en valeur. Plusieurs pistes sont évoquées:  un petit musée, la création d’une petite association ou la donation d’une partie des documents aux archives cantonales. Les propriétaires espèrent aussi récupérer le nom « Condor », utilisé par une nouvelle entreprise. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus