Le test de comportement est enterré

Cheval Franches-Montagnes

Le cheval Franches-Montagnes ne devra plus subir de test de comportement. Il avait été lourdement critiqué suite à un accident mortel. Un éleveur de Bellelay était décédé lors d’un entraînement pour ce test en mai. Depuis plusieurs syndicats de la race exigeaient de revoir ces épreuves. La Fédération suisse d’élevage du cheval de la race Franches-Montagnes a lancé deux consultations pour trouver un compromis. Le comité de la FSFM, réuni jeudi, a ficelé un projet d’appréciation du caractère. Il sera proposé aux délégués le 14 mars lors d’une assemblée extraordinaire. Les 130 personnes présentes devront, à cette occasion, se prononcer sur la révision des statuts et de plusieurs règlements.

 

Une appréciation qualitative
 

Le projet de test d’appréciation de caractère, soumis au vote de l’assemblée, viendra compléter le test en terrain. Il se base sur la description de trois critères : l’activité de base, la grégarité et l’émotivité. Le premier considère la réactivité du cheval. Pour le second, l'équidé est apprécié sur son rapport aux autres. Le troisième critère porte sur le rapport à l’environnement. Les juges auront à leur disposition une échelle avec des jugements de valeurs et donneront un avis qualitatif. Ce nouveau modèle, s’il est accepté, entrera en vigueur en 2014 pour une phase d’essai d'un ou deux ans.

 

Un comportement apprécié à l’étranger
 

Le président de la FSFM, Bernard Beuret, rappelle que le comportement du cheval Franches-Montagnes est « son atout majeur en Suisse et surtout à l’étranger ». La race est connue et appréciée parce qu’elle est docile. Selon le président, il serait dommage de ne plus juger les spécimens sur le mental.

 

Un changement de nom?

 Lors des consultations auprès des éleveurs, le comité de la FSFM a également demandé des propositions et fait des suggestions pour changer le nom de la fédération. A l’heure actuelle, la FSFM signifie la Fédération suisse d’élevage du cheval de la race Franches-Montagnes. Le comité proposera lors de l’assemblée extraordinaire d’adopter une appellation plus courte : la Fédération suisse du Franches-Montagnes. Ainsi, l’abréviation en français reste la même, la FSFM.  /nqu
 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus