Saint-Imier renoue avec son histoire

Le contrôle des chronomètres sera bientôt de retour à Saint-Imier. Un nouveau bureau du COSC ...
Saint-Imier renoue avec son histoire

Le maire de Saint-Imier Stéphane Boillat et le président du COSC Germain Rebetez avaient le sourire à l'heure d'annoncer le retour du contrôle des chronomètres à Saint-Imier. Le maire de Saint-Imier Stéphane Boillat et le président du COSC Germain Rebetez avaient le sourire à l'heure d'annoncer le retour du contrôle des chronomètres à Saint-Imier.

Le contrôle des chronomètres sera bientôt de retour à Saint-Imier. Un nouveau bureau du COSC, l’organe officiel suisse de certification des mouvements de montre va ouvrir ses portes au mois d’août. La Municipalité de Saint-Imier exploitera la structure via sa société Crescentia SA. Le bureau s’installera dans les anciens locaux de l’usine Nivarox et emploiera vingt à trente personnes. 

Un évènement historique

Saint-Imier renoue ainsi avec sa riche histoire horlogère. Le COSC avait été contraint de fermer son bureau imérien en 1978, durant la crise horlogère. L’association souhaite désormais se rapprocher de l’Arc jurassien, centre de la production des mouvements horlogers en reprenant pied à Saint-Imier. En contrepartie, elle fermera sa structure à Genève. Les deux autres bureaux sont installés à Bienne et au Locle. Près de deux millions de mouvements sont certifiés en chaque année par le COSC./ kro
 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus