Une invention jurassienne pour optimiser le recyclage du verre

Croqu’bouteilles chamboule le recyclage du verre. Frédéric Fleury de Vermes travaille dans ...
Une invention jurassienne pour optimiser le recyclage du verre

L'une des bennes de Frédéric Fleury a été installée à l'Ecopoint de Vermes. (www.recyclage-du-verre.ch) L'une des bennes de Frédéric Fleury a été installée à l'Ecopoint de Vermes. (photo: www.recyclage-du-verre.ch)

Croqu’bouteilles chamboule le recyclage du verre. Frédéric Fleury de Vermes travaille dans ce domaine depuis quinze ans. Il lance en ce début d’année la commercialisation de son produit. Il s’agit d’une benne de collecte avec un concasseur intégré. La machine a été entièrement conçue dans le Jura. Depuis plus de quatre ans, Frédéric Fleury et ses amis planchent sur cette idée. Aujourd’hui, les premières commandes arrivent. Elles proviennent de communes vaudoises et fribourgeoises. Dans le canton du Jura, les localités sont intéressées mais attendent de voir la machine à l’œuvre.


Croqu’bouteilles fonctionne comme une autre benne. À la différence que la bouteille est réduite en petits morceaux dès son introduction dans la machine. Ainsi, les débris de verre prennent moins de place et les communes économisent des frais de transport pour vider ses containers.

 

Le recyclage du verre : toute une aventure

Lorsqu’une bouteille arrive dans une benne traditionnelle, elle est parfois entière ou en gros morceaux. Du coup, le container est assez rapidement rempli. La commune doit alors appeler les transporteurs pour venir les vider. Les frais sont conséquents. Ils sont compensés par une redevance pour le recyclage que reçoivent les localités. A l’heure actuelle, cette somme d’argent ne permet pas de couvrir les dépenses. Les employés de la voirie sont obligés parfois de concasser les bouteilles avec une machine annexe pour mettre le maximum de matériaux. Mais les débris de verre sont souvent réduits en poussière et mélangés avec de la céramique mis par erreur, ce qui rend son recyclage impossible. Cette invention est, selon Frédéric Fleury, une solution économique et écologique à ce problème. /nqu


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus