Voyages justifiés selon le Conseil-exécutif

Les déplacements des membres du Conseil-exécutif à l’étranger sont justifiés. Le gouvernement ...
Voyages justifiés selon le Conseil-exécutif

Avion Avion

Les déplacements des membres du Conseil-exécutif à l’étranger sont justifiés. Le gouvernement bernois estime qu’il serait inutile, irrationnel et peu judicieux de renoncer à des voyages qui permettent au canton de Berne d’affirmer sa position sur la place internationale. Le Conseil-exécutif répond ainsi à une interpellation d’un député UDC. Ce dernier demandait au gouvernement bernois de jouer la carte de la transparence concernant ses déplacements en ces temps de disette économique.

Quelles dépenses ?
 
Le canton de Berne a dépensé  un peu plus de 10'000 francs pour envoyer ses représentants à l’étranger en 2011 et 2012. Il faut savoir que seuls trois voyages sur dix ont été payés par le canton, les autres étant à la charge des hôtes des Conseillers d’Etats. Les trois jours passés en Chine par Andreas Rickenbacher ont couté près de 7'000 francs. Philippe Perrenoud s’est quant à lui rendu pour la même durée à Bruxelle, un voyage devisé à 2545 francs. Quant à Hans-Jürg Käser, il a lui aussi effectué un déplacement de trois jours à Pristina, mais la somme engagée est cette fois-ci plus raisonnable, 702 francs hôtel non-compris puisque payé par les voyageurs eux-mêmes.  Une simple moyenne permet de constater que les voyages des élus bernois coûtent en moyenne 1130 francs par jour passé à l’étranger.
 
Le Conseil-exécutif justifie ces dépenses
 
Le gouvernement bernois estime qu’il est nécessaire de défendre ses intérêts sur le plan international, pour autant que cela reste dans la limite de ses moyens. Il s’agit par exemple de voyages qui visent à inciter des entreprises étrangères à s’établir sur le territoire cantonal. Les autorités rappellent que les déplacements des Conseillers d’Etats restent peu nombreux. Le Conseil-exécutif ajoute notamment que ces voyages répondent aux exigences de la Confédération. Cette dernière souhaite en effet que les cantons prennent directement contact dans les domaines qui les concernent. Le Canton de berne joue donc bel et bien la carte de la transparence, sauf sur un point : il ne précise pas quelles catégories de vol et d’hôtel sont offertes à ses représentants. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus