Les finances bernoises passent au rouge

Les comptes bernois plongent dans le rouge. Le Conseil exécutif a présenté jeudi matin les ...
Les finances bernoises passent au rouge

L'heure n'était pas à la fête jeudi matin pour la directrice des finances du Canton de Berne, Béatrice Simon L'heure n'était pas à la fête jeudi matin pour Béatrice Simon, directrice des finances du Canton de Berne

Les comptes bernois plongent dans le rouge. Le Conseil exécutif a présenté jeudi matin les résultats définitifs de l'exercice 2012. Un exercice qui termine sur un déficit de 200 millions de francs, une première depuis 1997. La baisse des recettes fiscales a joué un rôle prépondérant dans ces mauvais résultats. Si ces derniers sont moins catastrophiques que le laissaient entendre les estimations d'août dernier, ils placent tout de même le canton de Berne dans une situation difficile. Le Conseil exécutif étudie d'ores et déjà diverses pistes pour redresser la barre.

Des résultats meilleurs que prévus

200 millions contre 400 prévus initialement, le conseil exécutif a su limiter la casse grâce à son moratoire sur les dépenses et le gel des embauches.  Les nouvelles restent toutefois peu réjouissantes pour les années à venir. Le canton de Berne prévoit en effet un nouveau déficit de 250 millions de francs en 2014, auquel s'ajoutera un manque à gagner de plus de 100 millions imputable aux résultats des votations du 23 septembre 2012. Cette situation économique ne permettra pas au Conseil exécutif d'éponger le déficit 2012 l'an prochain comme le prévoit le frein à l'endettement. C'est pourquoi le gouvernement bernois propose au Grand Conseil d'étaler l'amortissement du déficit sur 4 ans, une possibilité inscrite dans la constitution cantonale. Malgré toutes ces mesures, le canton de Berne va au-devant de déficits structurels de 400 à 450 millions de francs.

Une stratégie en développement pour sauver les meubles

Le conseil exécutif étudie actuellement quel est le potentiel d'économie au sein des services cantonaux. Les différentes directions doivent notamment proposer quelles adaptations pourraient être réalisées pour permettre une diminution de charges de 450 millions. Un éventuel remaniement structurel n’aurait toutefois que peu d'impact à court terme et risque de se heurter à une levée de boucliers indique le gouvernement bernois. Cette mesure pousserait en effet le canton de Berne à offrir des services largement inferieurs a la moyenne nationale, ce qui aurait un impact direct sur la population et l'économie. 

Les résultats de l'étude lancée par le conseil exécutif seront présentés au grand conseil au mois d'août. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus