Laisser les écoles gérer les remplacements

Les remplacements ne sont pas un problème. Le Conseil-exécutif souhaite laisser une marge de ...
Laisser les écoles gérer les remplacements

Le Gymnase français de Bienne Le Gymnase français de Bienne

Les remplacements ne sont pas un problème. Le Conseil-exécutif souhaite laisser une marge de manœuvre aux écoles dans la gestion des remplacements d’enseignants. Le gouvernement bernois répond à une interpellation d’Anne-Caroline Graber.

Le Conseil-exécutif est formel : ce sont les écoles qui doivent évaluer, au cas par cas, quelle est la manière la plus judicieuse de remplacer un enseignant absent. De manière générale, explique le Conseil-exécutif, les écoles privilégient des solutions internes pour les absences de courte durée. Le Gouvernement ne veut pas devenir trop rigide et priver les écoles d’une compétence qu’elles sont plus à même de gérer.
 
Quant aux coûts des remplacements, le gouvernement admet la difficulté de les calculer. Les remplacements n’apparaissent pas forcément sous un poste de traitement distinct. Les remplacements ne sont pas toujours payés, mais sont souvent saisis dans les relevés individuels des heures. Et pour les calculer, un relevé manuel devrait être effectué dans chaque école, Une opération que refuse de faire le gouvernement. Pour les gymnases, le montant annuel versé pour remplacer les enseignants s’élève à 650 000 francs, soit 0,5% de la masse salariale totale des enseignants des gymnases. Selon le Conseil-exécutif, les autres écoles professionnelles devraient connaître la même proportion. /vzu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus