Badminton et grimpe menacés à Bienne

Les adeptes de badminton et d’escalade ont du souci à se faire à Bienne et alentours. La seule ...
Badminton et grimpe menacés à Bienne

L'une des salles pour la pratique de l'escalade à Nidau L'une des salles pour la pratique de l'escalade à Nidau qui va disparaître au printemps 2014.

Les adeptes de badminton et d’escalade ont du souci à se faire à Bienne et alentours. La seule salle aménagée pour ces deux disciplines à Nidau va bientôt fermer ses portes. Le centre de badminton et de grimpe situé à la rue de Thielle doit mettre la clé sous le paillasson en avril 2014. Dès le mois de mai, le bâtiment sera rasé pour faire place à un futur complexe immobilier.

Conséquence : aucune solution de remplacement n’a pu être trouvée pour les sportifs. Robert Rehnelt entraîne les amateurs et les professionnels du Club de grimpe dans la halle en question. Le guide de montagne a lui-même aménagé les lieux. L’escalade fait partie des offres du Club alpin suisse. Le Club, mais aussi les amateurs seront donc contraints de se rendre à Berne, Fribourg ou Neuchâtel pour trouver des installations performantes.

Il ne sera par ailleurs plus possible de s'adonner à la pratique du badminton, en amateur ou en professionnel  à Bienne et alentours. Plus aucune salle ne sera disponible pour ce sport dès le printemps 2014.

Une histoire de famile

Le Centre de badminton de Nidau a ouvert ses portes en 1996, grâce à Martin Rehnelt et à Simone, sa maman. Les parois d’escalade ont été aménagées dans la foulée par Robert Rehnelt, le cousin de Martin Rehnelt, et par Harry Sonderegger, également guide de montagne et entraîneur de grimpe.

Les démarches entreprises auprès des communes de Bienne, Nidau, Brügg et même Granges pour trouver une nouvelle halle se sont toutes soldées jusqu'ici par des échecs. Un accord aurait pu être trouvé avec l’entreprise Sacom et la commune de Brügg, mais le propriétaire des lieux a retiré ses billes du projet, provoquant son échec.

Robert Rehnelt indique qu’il est à la recherche d’une salle d’au moins 300 mètres carrés et de 6 à 7 mètres de haut. La somme de 500 000 francs au minimum permettrait d’aménager un nouvel endroit voué à la grimpe, voire aussi au badminton. /iwr


Actualisé le

 

Actualités suivantes