Bienne fixe la limite de ses dépenses

Bienne fixe les dépenses strictement nécessaires en l’absence de plan comptable. On se souvient ...
Bienne fixe la limite de ses dépenses

Erich Fehr, le maire de Bienne et Silvia Steidle, la conseillère municipale en charge des finances, à l’heure des résultats des votations du 24 novembre. Erich Fehr, le maire de Bienne et Silvia Steidle, la conseillère municipale en charge des finances, devant le refus du budget le 24 novembre 2013.

Bienne fixe les dépenses strictement nécessaires en l’absence de plan comptable. On se souvient que le budget de l’année en cours a été rejeté par la population en novembre dernier. Ce refus déploie ses effets à partir de ce mois et jusqu’à l’adoption de la nouvelle mouture. Celle-ci sera soumise aux Biennois le 30 mars prochain, pour autant que le Conseil de ville donne son aval le 20 février. Le Conseil municipal vient ainsi d’émettre des directives relatives aux engagements minimaux à consentir par la ville jusqu’à l’adoption du budget 2014.

Le législatif biennois n’acceptera que les dépenses indispensables au bon fonctionnement de l’administration municipale, c’est justement ce que fixent les directives en question. Seuls les engagements liés par des lois, des règlements et des contrats sont acceptés. Ainsi, les salaires du personnel seront versés, mais pas certaines primes ou défraiements professionnels. Les restrictions de dépenses porteront aussi bien sur l’entretien des bâtiments, que sur l’achat de matériel ou de mobilier. 

Les crédits d’engagement et les subventions font quant à eux partie des dépenses non liées. Si les crédits avalisés avant novembre seront maintenus, les subventions ne seront par contre versées que si leur manque porterait préjudice à une institution. Ces dépenses devront être remboursées à la ville si elles ne devaient pas être retenues dans le budget définitif. /iwr

 

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes