L’industrie divisée sur le salaire minimum

L’idée d’un salaire minimum suscite diverses réactions parmi les entrepreneurs de la région ...
L’industrie divisée sur le salaire minimum

  Patrick Linder, directeur de la CEP

L’idée d’un salaire minimum suscite diverses réactions parmi les entrepreneurs de la région. La Chambre d’économie publique du Jura bernois a présenté les résultats de son baromètre industriel pour le prochain trimestre. Elle a sondé 22 entreprises actives dans les microtechniques quant à leurs anticipations conjoncturelles. Elles affichent globalement des perspectives positives, que ce soit au sujet de leur volume d’affaire ou du niveau d’investissement. Les avis sont plus contrastés concernant la possibilité d’un salaire minimum de 4'000 francs par mois, objet qui sera soumis au vote le 18 mai prochain. Pour les entreprises signataires de conventions collectives de travail, ce seuil ne va pas entraîner de différence quant à leur masse salariale. D’autres y voient une accumulation de contraintes, ce qui pourrait conduire à une amplification du degré d’automatisation ou alors à lisser les différences salariales en fonction de l’expérience ou de la formation. /lcu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus