Le projet d'accueil d'urgence des mineurs évolue lentement

Les enfants victimes de maltraitances ont besoin d'une prise en charge. Le Centre d’éducation ...
Le projet d'accueil d'urgence des mineurs évolue lentement

Le directeur du Centre d'éducation et pédagogique de Courtelary, Vincent Delémont Le directeur du Centre d'éducation et pédagogique de Courtelary, Vincent Delémont

Les enfants victimes de maltraitances ont besoin d'une prise en charge. Le Centre d’éducation et pédagogique de Courtelary a lancé un projet en mai 2011, qui demande la création de places d’accueil d’urgence pour les mineurs. Cette structure s'adresserait aux enfants dès 6 ans en situation de détresse. A l'heure actuelle, aucune structure de ce type n'existe dans la partie francophone du canton de Berne, les enfants sont enoyés dans des établissements extra cantonnaux s'il y a des places de libres.

Le projet est soutenu par le Conseil du Jura bernois et le Conseil des affaires francophones de Bienne. Le 4 juillet dernier, Vincent Delémont a pu faire part de ses revendications au conseiller d'Etat Philippe Perrenoud. Selon Vincent Delémont, le directeur de la santé publique et de la prévoyance du canton s'est d'ailleurs montré relativement réceptif. L'avenir du projet est donc maintenant entre les mains du canton. Ce dernier est actuellement en phase de planification, il statuera sur la question d'ici le début de l'année 2015.

Côté finances, le coût du projet est de l’ordre de 420'000 francs. Ce qui représente 250 à 300 francs par jour par enfant. Une somme inférieure que lorsqu'il faut faire appel à d'autres cantons. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus