Nouveau point noir pour Beat Feurer

Une nouvelle maladresse entache l’image de Beat Feurer. Le conseiller municipal UDC biennois aurait tenté de faire bénéficier son ex-partenaire d’une naturalisation accélérée. Une démarche de la compétence du Conseil municipal. Or, selon une information du Journal du Jura, les deux hommes étaient séparés au moment de la demande au printemps 2013, ce que Beat Feurer n’aurait admis qu’après que le Conseil municipal lui a posé la question. La démarche de naturalisation facilitée n’était donc pas possible, selon la chancelière biennoise. Beat Feurer estime lui que c’est un conflit de juriste, puisqu’il n’existe aucune jurisprudence pour les partenaires enregistrés. /jfa


Actualisé le

 

Actualités suivantes