Garantir les surfaces d’assolement

Champs à Develier

Les meilleures terres de la région doivent être préservées. Les surfaces d’assolements sont protégées au niveau fédéral et un quota est fixé par canton. Ces terres sont garanties pour assurer l’approvisionnement alimentaire indigène en cas de période de crise. Elles comprennent les terres ouvertes, et les prairies naturelles et artificielles.

Mais ces dernières années, leur protection est de plus en plus compliquée : en effet, ces terres sont très prisées pour le développement urbain et économique d’une région. Ce n’est heureusement pas le cas du Jura, qui dispose encore actuellement de 75 ha non-utilisés sur 15'000 au total, selon Chantal Deschenaux, cheffe du Service du développement territorial.

Dans le Jura bernois, il n’existe pas de quota délimité. Il est inclus dans celui de Berne qui respecte lui aussi son contingent. La superficie minimale à réserver à des surfaces d’assolement dans ce canton est de 82'200 ha. Actuellement, il en dispose de 79'100 ha.

Comment garantir la préservation ?

À l’avenir, la pression sur les surfaces d’assolement devrait diminuer avec la deuxième révision de la loi sur l’aménagement du territoire. Cette dernière inclut une protection plus importante de ces terres. Les cantons devront donc faire plus attention. /jsr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus