Questionnements autour de la filière ES en soins infirmiers

Inquiétudes autour de la formation en soins infirmiers au CEFF à Saint-Imier. Le PLR imérien ...
Questionnements autour de la filière ES en soins infirmiers

Inquiétudes autour de la formation en soins infirmiers au CEFF à Saint-Imier. Le PLR imérien annonçait mardi  par voie de communiqué craindre pour la pérennité de la filière école supérieure. En cause, le nombre d’effectifs des classes. Et ce d’autant plus que le cursus n’est réservé qu’aux ressortissants du canton de Berne.

Le PLR indique que seuls 12 étudiants sont inscrits pour la volée de février 2017. Actuellement, 44 élèves répartis sur trois volées suivent la filière ES à Saint-Imier, soit une moyenne de 15 personnes par classe. La différence n’est pas écrasante, mais pour Daniel Roulin, le directeur du CEFF Santé social, elle laisse augurer des difficultés à l’avenir.

Pour Florent Cosandey, le chef de la section francophone de l’office bernois de la formation professionnelle, l’inquiétude n’a pas lieu d’être. Il indique qu’à l’heure actuelle deux classes sont lancées par année soit une en août et une en février, mais qu’Il serait tout à fait envisageable de réduire l’offre à une seule volée par an.

Ouverture de la filière à l’espace BEJUNE ?

Si à l’heure actuelle, seuls des étudiants du canton de Berne peuvent y prendre part, la situation pourrait évoluer. Selon Florent Cosandey, des discussions sont en cours, mais elles dépendent de décisions politiques. Le canton de Berne n’est pas fermé à la proposition, bien au contraire. L’idée fait aussi son chemin dans les autres cantons. A Neuchâtel, un postulat a été déposé au Grand Conseil. Le groupe socialiste a demandé au gouvernement d’entreprendre des démarches pour permettre aux Neuchâtelois de suivre la filière ou de créer sur son territoire une formation similaire. Le Conseil d’Etat devra apporter une réponse au début de l’année prochaine.

Dans le Jura, le député UDC Philippe Rottet avait aussi interpellé le gouvernement afin qu’il encourage les Jurassiens à se rendre au CEFF à Saint-Imier.

Le röstigraben de la formation  

Cette formation suscite le débat depuis plusieurs années. Cela s’explique par des différences cantonales. Les cantons romands privilégient la formation en soins infirmiers dans les hautes écoles spécialisées, ce qui demande l’obtention au préalable d’une maturité. En Suisse alémanique, les filières ES et HES coexistent.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus