La verdure pousse sur l’île-de-la-Suze

La plantation des premiers arbres du parc de l’île-de-la-suze, à Bienne, est actuellement en ...
La verdure pousse sur l’île-de-la-Suze

Coup de pioche symbolique lors de la plantation d'un pin sylvestre. Coup de pioche symbolique lors de la plantation d'un pin sylvestre.

La plantation des premiers arbres du parc de l’île-de-la-suze, à Bienne, est actuellement en cours. Les travaux d’aménagement avancent dans les délais. Ils avaient commencé en février 2015. D’ici fin mars, 605 arbres et 850 arbustes seront plantés dont 30 espèces indigènes et 7 exotiques.

Un don de 10'000 francs

Jeudi matin, un pin sylvestre a été planté en présence notamment de Barabra Schwickert, la directrice des travaux publics biennois, et de Martin von Schulthess. Sa fondation a soutenu la plantation des nouveaux arbres avec un don de 10'000 francs. « L’écologie est un des buts de notre fondation. De plus, l’année 2016 étant officiellement l’année des jardins, il était important pour nous de faire ce geste pour la ville de Bienne. Nous sommes persuadés de l’importance du projet qui accorde une grande place à des arbres indigènes », indique Martin von Schulthess.

Concept d’aménagement

Lors de ce coup de pioche symbolique, le responsable des espaces verts de la ville de Bienne a profité pour faire le point sur l’aménagement. Selon Markus Brentano le parc sera divisé en trois zones. La première accueillera une place de jeu ainsi qu’une place de pique-nique. Elle sera caractérisée par de nombreuses zones ombragées. Le deuxième secteur, fortement arborisé, sur lequel des tilleuls et des érables seront plantés, sera destiné à la promenade et au repos. Le troisième emplacement sera quant à lui en pente. Les visiteurs pourront y faire des bains de soleil. Une buvette y sera aussi construite. L’ouverture du parc est prévue pour l’été 2017.

Questionnement autour de la politique de l’arbre

Les arbres ou plutôt la somme qui leur est consacrée suscite des interrogations auprès des autorités. Lors de la dernière séance du Conseil de ville, un crédit de 4.1 millions de francs consacré au réaménagement de la rue Jakob-Stämplif, qui prévoit notamment la plantation de quatre-vingts nouveaux arbres, avait été largement discutée. Le même soir, deux élus PSR ont déposé une interpellation au Conseil de ville. Ils souhaitent notamment savoir si cette politique urbanistique de l’arbre est une priorité pour le Conseil municipal, à l’heure où de nouvelles coupes dans les dépenses publiques ne sont pas à exclure. Une réponse de l’exécutif est attendue. /anl


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus