Le rapport sur le franches-montagnes passe mal

La FSFM, la Fédération suisse du franches-montagnes, critique le rapport du Conseil fédéral ...
Le rapport sur le franches-montagnes passe mal

La FSFM, la Fédération suisse du franches-montagnes, critique le rapport du Conseil fédéral sur l’avenir de la race de chevaux

cheval La FSFM ne partage pas l'avis du Conseil fédéral sur l'avenir de la race franches-montagnes (photo: archives).

Le rapport du Conseil fédéral sur la race de chevaux franches-montagnes fait grincer des dents à la FSFM. Le document a été publié mercredi suite à un postulat de la conseillère aux Etats jurassienne Anne Seydoux-Christe. Le rapport préconise notamment de développer l’élevage du franches-montagnes à l’étranger pour faire face à la baisse de naissances de chevaux de la seule race indigène de Suisse. Le document préconise une extension du périmètre des activités de la FSFM, la Fédération suisse du franches-montagnes.

 

Un développement à l'étranger qui serait risqué

Le président de la FSFM parle d’une proposition « à côté de la réalité ». Jean-Paul Gschwind avance deux arguments majeurs. Il dénonce, tout d’abord, « le risque de perte des standards de la race et d’un dérapage de l’élevage du franches-montagnes en Europe ». Jean-Paul Gschwind estime également que « favoriser l’élevage et la commercialisation à l’étranger permettra d’acheter en Suisse des chevaux franches-montagnes nés à l’étranger à des prix dérisoires puisque les coûts de production sont en Europe sont beaucoup plus bas qu’en Suisse ». Jean-Paul Gschwind rappelle que la FSFM déploie déjà des activités à l’étranger, soit en Allemagne, en France et en Belgique. Il estime, par ailleurs, qu’une nouvelle extension à l’étranger provoquerait une perte du savoir-faire des éleveurs en Suisse.

Jean-Paul Gschwind conteste également une affirmation contenue dans le communiqué qui accompagne le rapport. Le document indique que la Confédération soutient actuellement la race franches-montagnes à hauteur de dix millions de francs par an. Le président de la FSFM indique que la somme se monte à 5 millions de francs. Il estime, enfin, qu’une diminution du contingent d’importation de chevaux permettrait de favoriser la race franches-montagnes. Le Conseil fédéral n’a pas retenu cette mesure dans son rapport. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus