« Les transports publics sont garantis »

Le Conseil-exécutif est confiant quant à l’avenir des transports publics dans le Jura bernois ...
« Les transports publics sont garantis »

Le Conseil-exécutif est confiant quant à l’avenir des transports publics dans le Jura bernois. C’est ce qu’il déclare dans sa réponse à une interpellation de la députée verte Moussia de Watteville

  Le Gouvernement bernois n'est pas inquiet malgré la perte de parts de marché des Chemins de fer du Jura. (Photo : archives) Le Gouvernement bernois n'est pas inquiet malgré la perte de parts de marché des Chemins de fer du Jura. (Photo : archives)

Le Gouvernement bernois assure que le service public et les transports publics sont garantis dans la région. Il l’affirme dans sa réponse récente à une interpellation de la députée verte Moussia de Watteville. L’élue des Reussilles s’inquiétait le printemps dernier de la perte de parts de marché des Chemins du fer du Jura (CJ). Des craintes nées de la mise au concours des 39 lignes de bus du canton du Jura. Les résultats publiés en mai ont signifié la perte de six lignes pour les CJ au profit de CarPostal, dont quatre nocturnes. Deux de ces lignes sont intercantonales.


Jusqu'à 2027

La perte représente un coup dur pour des CJ déjà, chahutés par la restructuration du transport des marchandises par le rail. Le Conseil-exécutif en est conscient. Il reconnaît que la compagnie des Chemins de fer du Jura, dont il est actionnaire, est fragilisée dans son ensemble et que ses frais fixes sont conséquents. Mais elle conserve toutefois trois lignes ferroviaires ainsi que deux lignes de bus subventionnées selon lui, soit Tramelan-St-Imier et St-Imier Gare-Hôpital. Ces concessions sont en vigueur jusqu'à 2027.


Appels d’offres : un processus à revoir ?

Moussia de Watteville s’interroge encore sur le processus de mise au concours et regrette qu’une adjudication directe n’ait pas été effectuée. Pour le Conseil-exécutif, la méthode porte ses fruits et permet d’améliorer la qualité des services. Il estime en outre qu’il est inadmissible de privilégier les sociétés locales, déjà avantagées par rapport à de nouveaux candidats puisqu’elles connaissent mieux le marché et les conditions locales.

Pour rappel, le canton de Berne détient 14,5% des actions des Chemins de fer du Jura. Il est le troisième plus gros actionnaire après la Confédération à 33%, et le canton du Jura à 37%. /oza



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus