Cheval Franches-Montagnes : inquiétudes pour l’avenir

La Confédération a mis en consultation une révision de l’Ordonnance sur l’élevage qui nuirait ...
Cheval Franches-Montagnes : inquiétudes pour l’avenir

La Confédération a mis en consultation une révision de l’Ordonnance sur l’élevage qui nuirait à la filière sur le plan financier

La FSFM s'inquiète des conséquences que pourrait avoir pour la race Franches-Montagnes une révision de l'Ordonnance sur l'élevage (archive d'illustration). La FSFM s'inquiète des conséquences que pourrait avoir pour la race Franches-Montagnes une révision de l'Ordonnance sur l'élevage (archive d'illustration).

Des nuages s’amoncellent sur la Fédération suisse du cheval Franches-Montagnes. La Confédération a récemment mis en consultation un projet de révision de l’Ordonnance sur l’élevage qui vise à soutenir l’ensemble des races suisses, mais qui nuirait au FM. Le journal Agri révèle que la nouvelle approche aurait un impact économique conséquent sur la filière.

D’une part, les contributions destinées au cheval Franches-Montagnes seraient fortement réduites. A ce jour, un montant de 500 francs est attribué à chaque jument qui a un poulain. Il est versé directement aux éleveurs. Avec la révision proposée, ce montant s’abaisserait à 245 francs. Seule race de cheval indigène, le Franches-Montagnes bénéficie aujourd’hui d’un soutien particulier pour sa préservation. Avec l’Ordonnance mise à jour, ce sont 32 races d’origine suisse qui bénéficieraient de primes. Le FM serait inclus dans le « paquet ». Il perdrait ainsi son statut « particulier » et, donc, de l’argent avec le partage du gâteau.

D’autre part, les conditions pour obtenir les primes seraient plus grandes pour les éleveurs, en termes de sang étranger (12,5% maximum) et de taux de consanguinité (10% maximum). Avec ces contraintes, 44% des juments n’auront plus droit à une prime l’an prochain à cause d’un taux trop élevé de sang étranger. Et si l’on ajoute la consanguinité, ce sont plus de 50% des juments qui ne bénéficieront plus de contributions.

Gérante de la Fédération suisse du cheval Franches-Montagnes, Pauline Queloz évoque carrément un danger d’extinction de la race FM si la révision de l’Ordonnance était adoptée. « Vouloir préserver toutes les races indigènes, c’est très bien, mais pas au détriment du Franches-Montagnes. Pour notre cheval, c’est l’inverse qui pourrait se produire », indique la Jurassienne. « Aujourd’hui, le prix de vente couvre le prix d’élevage. Sans prime, ce ne sera plus rentable. Les éleveurs vont perdre la motivation », ajoute Pauline Queloz. Entretien :

« Parler d’extinction est pessimiste, mais réaliste »

Le projet de révision de l’Ordonnance sur l’élevage est en consultation jusqu’au 2 mai. En cas d’acceptation, elle entrera en vigueur le 1er janvier prochain. La Fédération suisse du cheval Franches-Montagnes entend défendre ses acquis avec le soutien des organisations et instances concernées, notamment au niveau politique. /rch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus