Sorti(e) de boîte : décovi

Notre chronique économique vous présente ce jeudi l’entreprise décovi à Vicques.
Sorti(e) de boîte : décovi

Notre chronique économique vous présente ce jeudi l’entreprise décovi à Vicques

Angélique Guenat travaille chez décovi depuis presque 16 ans. Angélique Guenat travaille chez décovi depuis presque 16 ans.

 

Trois quarts de siècles. : c’est l’âge de la société qu’on vous propose de découvrir ce jeudi dans notre chronique Sorti(e) de boîte. Décovi a fêté cet anniversaire il y a un mois. La société jurassienne, spécialisée dans le décolletage, compte 105 collaborateurs. Jusqu’en 1985, ils n’étaient pourtant que 8. Fondée par le grand-père, Denis, dans la ferme familiale, l’entreprise a été reprise par le père, Claude. La nouvelle usine a été construite en 1999 à l’entrée de Vicques. Dix ans plus tard, elle a été rachetée par le groupe Acrotec. Le fils est entré dans l’aventure il y a sept ans. Désormais co-directeur, Cédric Chèvre est fier de cette société qui a traversé les crises et a su se maintenir à la hauteur.

 

Le co-directeur, Cédric Chèvre

Notre chronique Sorti(e) de boîte a poussé les portes des ateliers de décovi. L’entreprise jurassienne fournit des composants pour les secteurs de l’horlogerie, du médical et de l’industrie. Décovi peut se vanter d’être le leader sur le marché suisse des masses oscillantes, présentes dans les montres automatiques.

La polymécanicienne Angélique Guenat nous explique son travail

/ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus