Digger prépare ses grandes manœuvres pour l’Ukraine

La Fondation de déminage Digger a prévu deux opérations pour aider l’Ukraine. Décryptage à ...
Digger prépare ses grandes manœuvres pour l’Ukraine

La Fondation de déminage Digger a prévu deux opérations pour aider l’Ukraine. Décryptage à Tavannes avec son directeur Frédéric Guerne

Une machine de déminage qui pourrait être utilisée en Ukraine. Une machine de déminage qui pourrait être utilisée en Ukraine.

Digger se prépare à être engagée en Ukraine. En avril encore, la fondation tavannoise de déminage ne s’attendait pas vraiment à devoir intervenir. Aujourd’hui, les fronts sont plus stables en Ukraine. Les zones sont connues et donc plus accessibles qu’au printemps.

La Fondation, dirigée par son fondateur Frédéric Guerne, s’est mise en relation avec un partenaire, prêt à se rendre en Ukraine d’ici à deux mois au plus tôt. Deux opérations sont lancées pour venir en aide au peuple envahi par la Russie.

Le premier axe d’intervention concerne le délai d’urgence évoqué plus haut. Il est d’ailleurs compliqué pour Digger d’appuyer sur le levier d’action. Entre les contraintes politiques, administratives et financières, elle n’a pas les cartes en mains. Pour pouvoir travailler sur place, il faut des partenaires bien sûr et surtout, des contacts. Le fondateur et directeur de la Fondation était justement au sommet sur l’Ukraine qui a eu lieu les 4 et 5 juillet.

Frédéric Guerne: « Je prendrai des vacances une autre fois » 

La construction de capacité locale en Ukraine résume le second axe, analyse Frédéric Guerne. Dans un contexte où les pertes économiques ukrainiennes sont de 30 à 40%, l’idée de la Fondation Digger est de lier le déminage humanitaire avec le renforcement de l’économie ukrainienne. Permettre à ce pays de l’Europe de l’est d’être autonome en termes de machines est un objectif de Digger.

« Le délai de deux mois est extrêmement court »

« L’Ukraine est le grenier européen de production agricole », continue le directeur de la fondation tavannoise. Cependant, une grande partie des champs ukrainiens sont actuellement inaccessibles. Quant aux tracteurs, ils sont souvent défectueux, touchés par les missiles russes.

« La production agricole en Ukraine est prioritaire »

La fondation de déminage Digger reçoit aujourd’hui des demandes d’aide de Washington, de l’Allemagne, d’agriculteurs ukrainiens, mais également d’autres de Suisse.

« On est sursollicité »

A ce jour, Digger négocie encore pour obtenir des fonds dans l'intention d'activer les deux axes d’intervention et ainsi lancer ses grandes manœuvres pour l’Ukraine. /lbe-tch


Actualisé le

 

Actualités suivantes