Le statu quo + se précise

Vue de la conférence de presse Le rapport intermédiaire sur le statu quo+ a été présenté en grande pompe à La Neuveville ( de gauche à droite: Michel Walthert, vice-chancelier du canton de Berne, Walter von Kaenel, président de la section Institutions du CJB, Christoph Neuhaus, président du gouvernement bernois, Philippe Perrenoud, président de la délégation du Conseil-exécutif aux affaires jurassiennes et Bernhard Pulver, conseiller d'Etat).

Les contours du statu quo+ commencent à se dessiner. Un rapport intermédiaire visant à définir les possibilités de développement du statut particulier du Jura bernois a été présenté ce matin, à 10 semaines du vote du 24 novembre. Le document a été élaboré par un groupe de travail composé de représentants du Conseil du Jura bernois et de l’administration cantonale bernoise. Le rapport fait suite aux propositions du CJB qui visent à étendre les compétences de l’institution.

Le gouvernement bernois n’écarte, a priori, aucune proposition du CJB. Pour rappel : le Conseil du Jura bernois souhaite développer ses compétences dans le domaine de la culture et de la coordination scolaire et bénéficier de nouvelles attributions en termes de politique régionale.

Reste que rien définitivement fixé. Le contenu réel du statu quo+ ne sera connu qu’à fin 2014, soit plus d’un an après la votation du 24 novembre. Pour le président de la section Institutions du CJB, Walter von Kaenel, le statu quo+ constitue toutefois « une réalité et une promesse » dans la mesure où des engagements ont été pris pour développer les compétences du Conseil du Jura bernois

Le Conseil-exécutif souhaite même aller plus loin en renforçant le caractère bilingue du canton de Berne. Il veut développer un réflexe francophone dans l’administration cantonale, ce que le conseiller d’Etat Bernhard Pulver a appelé un « Regard francophone ». Il s’agirait également de créer une commission du bilinguisme chargée de mener un état des lieux régulier.

Et le vote du 24 novembre

Le gouvernement bernois a également directement évoqué le vote du 24 novembre. Le Conseil-exécutif a présenté le message qui sera adressé à la population ainsi que sa recommandation de vote et les mesures prises pour assurer la régularité du scrutin. Le conseiller d’Etat Philippe Perrenoud a souligné que le vote du 24 novembre s’apparentait à « un choix d’orientation ». Le Jura bernois devra dire s’il souhaite emprunter la voie du statu quo+ ou celle de la création d’un nouveau canton romand avec le Jura. Le message en vue de la votation se limite donc au strict minimum, selon le Conseil-exécutif.

Le gouvernement bernois plaide pour la continuité et appelle à voter non. Le Conseil-exécutif ne souhaite toutefois pas se situer dans le registre de la lutte et n’inscrit pas son engagement dans une logique de combat. Philippe Perrenoud a souligné qu’au soir du 24 novembre - quel que soit le résultat - il y aura « une majorité souriante et une minorité attristée ». Et pour le Conseil-exécutif, il est vital que toutes deux puissent continuer à s’adresser avec confiance aux autorités cantonales bernoises.

Enfin concernant les mesures visant à garantir le bon déroulement du vote, les communes devront attendre la fin du scrutin pour procéder au dépouillement. Une exception toutefois pour les 11 communes qui comptent plus de mille votants : elles pourront traiter le vote par correspondance dès huit heures le dimanche matin. /fco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus