« Convaincre sans contraindre »

La Fête du peuple jurassien a vécu ce week-end sa 70e édition. Les communes de Moutier, Belprahon ...
« Convaincre sans contraindre »

Le Mouvement autonomiste jurassien a annoncé vouloir poursuivre son action dans la durée lors de la 70e Fête du peuple à Delémont

Fête du peuple Les militants ont entonné la Rauracienne lors de la 70e Fête du peuple, avec le secrétaire général du MAJ Pierre-André Comte, le maire de Delémont Damien Chappuis, le maire de Moutier Marcel Winistoerfer, la représentante de la jeunesse prévôtoise Mylène Jolidon, le président du Parlement jurassien Frédéric Lovis, l'animateur du Groupe Bélier Clément Piquerez et le conseiller communal de Sorvilier Jean-Marie Koller (de gauche à droite). (Photos: Georges Henz)

La Fête du peuple jurassien a vécu ce week-end sa 70e édition. Les communes de Moutier, Belprahon et Sorvilier ont été à l’honneur, puisque les Prévôtois ont voté le 18 juin dernier en faveur de leur rattachement au canton du Jura, alors que les deux villages se prononceront à leur tour sur leur avenir institutionnel dimanche prochain, le 17 septembre.

 

« Ce sera tôt ou tard »

Lors de sa conférence de presse dimanche matin, le Mouvement autonomiste jurassien a fait part de sa vision d’avenir, « d’après Moutier ». Le MAJ entend poursuivre son action dans la durée. « Nous savons bien qu’après les votes communalistes, nous devrons réadapter notre ligne politique avec la fin de l’Accord du 25 mars 1994. Bien entendu, la tâche sera immense au regard de ce qui se passe dans le Jura méridional suite au vote de 2013. Mais il peut y avoir des évolutions, après le départ de Moutier, qui peuvent inciter un certain nombre de communes à vouloir rejoindre le canton du Jura. Elles en auraient le droit. Le temps ne change rien, ce sera tôt ou tard », a déclaré le secrétaire général Pierre-André Comte.

 

Dans son exposé, Alain Charpilloz, membre du MAJ et rédacteur du Jura Libre, a rappelé que « la Question jurassienne a déjà été réglée une fois pour toutes en 1947, 1951, 1959, 1975, 1983, 1996 et en 2017. C’est une habitude chez elle d’être réglé définitivement, un tic, une manie ». Pour le Mouvement autonomiste jurassien, l’histoire n’est donc pas achevée. « En l’absence de menace de réunification jurassienne, le pouvoir bernois n’a pas la moindre raison de traiter le sud du Jura autrement que le reste du canton. Le « statu quo plus », c’est de la poudre de Perlimpinpin sur des pilules dorées. Quand on est un peu plus de 4% de francophones, on ne fait pas le péteux face aux 96%. On se couche, on dit merci, même quand on reçoit un coup de pied quelque part », a renchéri Alain Charpilloz.

 

« Un droit au retour dans la maison jurassienne »

Pour le MAJ, l’action des autonomistes peut désormais se déployer sur deux registres. Le premier est la promotion d’un « droit au retour dans la maison jurassienne », tel qu’il a été reconnu par Berne dans les accords qui ont précédé le scrutin de novembre 2013. Pour le MAJ, la règle d’or sera « convaincre sans contraindre ». Le deuxième registre est celui de l’action politique sur le terrain. Le Mouvement autonomiste jurassien entend soutenir toutes les idées ou initiatives renforçant le sud du Jura. Il entend aussi examiner la politique bernoise avec un esprit objectif, notamment dans ses conséquences pour le Jura bernois.

 

« Le temps est le remède aux maux de l’âme »

Pour conclure son exposé, Alain Charpilloz s’est fendu d’un « continuons le débat ! ». Et de nous confier après la conférence de presse : « Ce n’est jamais peine perdue. Le départ de Moutier va faire réfléchir beaucoup de monde. Simplement, il faut être conscient qu’il faut du temps. Il n’y a que le temps qui est le remède aux maux de l’âme, disaient les Grecs. Il peut l’être également pour les injustices politiques ».

 

« Je revis les émotions du 18 juin »

La partie politique de cette 70e Fête du peuple s’est achevée avec la manifestation officielle, qui a réuni plusieurs centaines de personnes dans la cour du château. Après le cortège du Groupe Bélier et des autonomistes de Moutier, Belprahon et Sorvilier, quatre discours ont été prononcés par Mylène Jolidon – représentant la jeunesse prévôtoise –  l’animateur du Bélier Clément Piquerez, le conseiller communal de Sorvilier Jean-Marie Koller et le maire de Moutier Marcel Winistoerfer. « C’est extraordinaire de voir ces gens de Moutier ici, à la Fête du peuple de Delémont. Je revis les émotions du 18 juin. Maintenant, sans dire aux citoyens de Belprahon et Sorvilier ce qu’ils doivent faire, je serais vraiment très heureux qu’ils choisissent de nous rejoindre », nous a dit Marcel Winistoerfer.

 

Le dénouement de ce processus des votes communalistes sera connu dimanche prochain. /rch

Fête du peuple Alain Charpilloz et Pierre-André Comte ont été les orateurs de la traditionnelle conférence de presse du MAJ à la Fête du peuple.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus