Régler la Question jurassienne par la voie politique

Un député alémanique a déposé une motion urgente au Grand Conseil bernois lundi sur l’avenir ...
Régler la Question jurassienne par la voie politique

Un député alémanique a déposé une motion urgente au Grand Conseil bernois lundi sur l’avenir de Moutier

Thomas Brönnimann ne souhaite pas que la Question jurassienne soit traitée comme l'indépendance de la Catalgone en Espagne. Thomas Brönnimann ne souhaite pas que la Question jurassienne soit traitée comme l'indépendance de la Catalgone en Espagne.

Régler une question politique par la voie politique. C’est le chemin que souhaite privilégier le député alémanique Vert’libéral Thomas Brönnimann au Grand Conseil bernois. Il a déposé lundi une motion urgente, suite à l’invalidation du vote du 18 juin par la préfecture du Jura bernois, afin que les divergences politiques soient réglées de manière démocratique.
Intitulé « Préparer la répétition de la votation communale de Moutier », le texte demande au Conseil-exécutif de clarifier les principes qui seraient nécessaires pour un nouveau vote sur l'appartenance cantonale de Moutier. Il somme aussi le gouvernement de présenter des scénarios juridiques et politiques et de communiquer sa position quant au maintien de Moutier dans le canton de Berne.

Pour cet élu du Mittelland, personne n'a intérêt à ce que la Question jurassienne soit tranchée par les tribunaux et que le processus politique soit retardé de plusieurs années. Par ailleurs il affirme que les recours déposés au Tribunal Administratif cantonal, par les autonomistes contre la décision de la préfète, n’empêchent pas le gouvernement de plancher sur l’organisation d’un futur scrutin : « pour le moment nous ne savons même pas si la loi actuelle suffit ou s’il en faut une nouvelle » conclut-il.


Postulat retiré

Le député UDC Marc Tobler a retiré un postulat qu’il avait déposé au mois de mars. Le texte avait pour but de mettre fin aux changements de canton décidé à la raclette. Il demandait à ce qu’une majorité qualifiée d’au moins la majorité des ayants-droit ou de 2/3 des votants soit nécessaire pour donner suite à un projet de changement de canton. Le Prévôtois estime que les recours étant acceptés, il n’est pas plausible de changer le règlement maintenant, « entre deux votes ». /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus