Axe ouest : des règles pour un dialogue constructif

L’équipe centrale constituée dans le cadre des discussions autour de l’axe autoroutier de ...
Axe ouest : des règles pour un dialogue constructif

L’équipe centrale constituée dans le cadre des discussions autour de l’axe autoroutier de l’A5 s’est retrouvée mardi soir pour une première séance

L'équipe centrale est composée de onze personnalités prenant part aux débats autour de l'axe ouest de l'A5. (Photo: archives) L'équipe centrale est composée de onze personnalités prenant part aux débats autour de l'axe ouest de l'A5. (Photo: archives)

Ils posent des règles de base à respecter en vue des prochaines discussions. Les membres de l’équipe centrale se sont retrouvés mardi soir pour établir les principes à respecter en vue des prochains débats autour de l’axe autoroutier ouest de Bienne.

Cette équipe est composée de onze personnalités (quatre partisans, quatre opposants et trois membres des autorités) prenant part aux débats dans le cadre de la table-ronde organisée par le canton de Berne. Elle a pour objectif d’organiser les séances du groupe de discussion.


La recherche du consensus

L’équipe centrale a par exemple choisi de ne pas procéder à des votes lors de la prise de décisions. Pour la porte-parole des opposants, Mélanie Meier, il convient avant tout « de trouver un consensus le plus large possible et de ne pas imposer des choix à une minorité ». Elle précise à ce titre que la voix du modérateur des débats, Hans Werder, ne doit pas être prépondérante par rapport à celles des autres parties. En d’autres termes, on ne le lui demandera pas de trancher en cas d’égalité.

Cette volonté de trouver des compromis est largement relayée par les partisans de la variante officielle de la branche autoroutière. Co-président de l’association « Maintenant ou jamais – axe ouest A5 », Roland Gurtner est toutefois conscient qu’il sera difficile de « contenter tout le monde ». Mais pour lui, le but est avant tout de « casser cette confrontation entre opposants et partisans ».


Transparence

« La population sera en tout temps informée des progrès du dialogue » confie par ailleurs Mélanie Meier. Ceci dans un souci de transparence et pour permettre aux habitants de suivre le dossier, « chaque décision que prendra le groupe de discussion sera communiquée » précise-t-elle.

« Cette tâche incombera en principe à Hans Werder » détaille de son côté Roland Gurtner, « mais il n’est pas impossible de voir les deux camps s’exprimer de temps en temps ». Ils ne devront toutefois que reporter le contenu des discussions et ne pas « profiter » de ces moments pour faire de la propagande. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus