Axe ouest : un calendrier en quatre temps

L’équipe centrale s’est réunie pour la deuxième fois jeudi soir pour trouver une solution au ...
Axe ouest : un calendrier en quatre temps

L’équipe centrale s’est réunie pour la deuxième fois jeudi soir pour trouver une solution au contournement autoroutier de Bienne. Ses membres se sont mis d’accord sur un calendrier articulé autour de quatre étapes principales

 Les participants ont encore une année pour formuler une solution. (Photo: archives) Les participants ont encore une année pour formuler une solution. (Photo: archives)

Identifier les problèmes, développer une vision commune, comparer les variantes et soumettre une seule proposition. C’est autour de ces quatre axes que se construiront les discussions de l’équipe centrale constituée dans le cadre de la table-ronde organisée pour sortir de l’impasse. Pour rappel : ce groupe est composé de onze personnes (quatre partisans, quatre opposants et trois membres des autorités) prenant part aux débats.

Il s’est réuni pour la deuxième fois jeudi soir. Au terme des discussions, les membres se sont mis d’accord sur un calendrier articulé en quatre étapes.


Temps restant : une année

Dans un premier temps, il s’agira d’identifier les problèmes en ville de Bienne. L’équipe centrale devra pour cela non seulement prendre en compte des aspects liés à la mobilité, mais également à l’urbanisme, à l’économie ou encore à l’environnement par exemple. Membre de l'équipe, Mélanie Meier explique : « il faut se mettre d’accord sur ce que nous devons travailler ». Elle précise que pour y parvenir, des experts seront notamment mandatés.

Dans un second temps, il s’agira pour les membres de réfléchir au développement de Bienne et d’en esquisser une vision commune. Celle-ci les guidera pour la prochaine étape : celle de la comparaison. Ils devront comparer les différentes variantes de l’axe autoroutier pour trouver celle qui colle le mieux.

Enfin, dernière étape : celle de la proposition aux autorités cantonales. Elle devrait intervenir d’ici à juin 2020.


Un calendrier utopique ?

Mélanie Meier reconnaît : le temps est compté pour l’équipe centrale, mais « nous ferons au mieux » explique-t-elle. Elle reste optimiste car l’ambiance entre les membres « est bonne » selon elle. Néanmoins, face au calendrier serré, la cadence de rendez-vous pourrait augmenter, en passant d’une tous les deux mois à une « toutes les trois ou quatre semaines ». /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus