Des milliers de truites mortes dans la Suze

Une véritable hécatombe a eu lieu en milieu de semaine dans la rivière. Entre 100 et 150 kilos ...
Des milliers de truites mortes dans la Suze

Une véritable hécatombe a eu lieu en milieu de semaine dans la rivière. Entre 100 et 150 kilos de poissons ont été retrouvés morts entre St-Imier et Cormoret

Des milliers de poissons ont été retrouvés morts dans la Suze. Les individus mesuraient entre 15 et 70 centimètres (photo : inspection cantonale de la pêche). Des milliers de poissons ont été retrouvés morts dans la Suze. Les individus mesuraient entre 15 et 70 centimètres (photo : inspection cantonale de la pêche).

Triste découverte dans la Suze. Des milliers de poissons ont été retrouvés morts dans la rivière en milieu de semaine. Ce sont principalement des truites qui ont été empoisonnées entre St-Imier et Cormoret. La police a été avertie mercredi matin par un habitant de Villeret, selon une information du Journal du Jura ce vendredi.


100% des truites tuées

Entre 100 et 150 kilos de poissons ont été tués par empoisonnement dans la nuit de mardi à mercredi ou tôt mercredi matin. Le secteur affecté commence à la sortie de St-Imier et s’étend jusqu’à l’affluence de la Doux, à Cormoret, soit une distance d’environ quatre kilomètres. Toutes les truites qui s’y trouvaient ont été tuées. Certains chabots ont aussi été retrouvés morts, tout comme quelques invertébrés. C’est l’apport en eau du ruisseau de la Doux qui a permis de diluer la substance toxique et de limiter l’hécatombe. 


Piste de la pollution industrielle privilégiée

L’origine de la pollution doit encore être définie, mais la piste industrielle est privilégiée. Une usine a d’ailleurs déjà été inspectée dans le secteur où le début de la pollution a été détecté à la sortie de St-Imier, d’après Daniel Bernet, responsable pour le Jura bernois à l’Inspection de la pêche du canton de Berne. Ce dernier précise toutefois que toutes les pistes restent ouvertes. L'enquête est en cours.


Vive émotion et regard vers l’avenir

Après cette découverte, l’impact émotionnel est conséquent, surtout parmi les pêcheurs de la région. Le président de la Fédération des pêcheurs du Jura bernois, Gilles Monnier, nous a confié qu’un sentiment de révolte l’habite. La question du repeuplement reste ouverte à l’heure actuelle. Deux pistes sont toutefois privilégiées, d’après Daniel Bernet : d’une part, l’introduction de poissons dans le secteur pendant quelques années et, d’autre part, la recolonisation naturelle du tronçon par les poissons. /mle


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus