BNJ FM : stabilité des audiences

BNJ FM a tiré son épingle du jeu au premier semestre 2020. En comparaison annuelle, les audiences ...
BNJ FM : stabilité des audiences

BNJ FM a tiré son épingle du jeu au premier semestre 2020. En comparaison annuelle, les audiences restent stables au sein du groupe qui englobe RFJ, RJB et RTN. Tant la durée d’écoute que la part de marché augmentent

C'est la stabilité qui prévaut pour vos radios. C'est la stabilité qui prévaut pour vos radios.

Les auditeurs sont restés fidèles au groupe BNJ malgré la crise du coronavirus. Les chiffres d’audience restent en effet stables pour les radios RFJ, RJB et RTN. D’une audience de 135'000 auditeurs au premier semestre 2019, BNJ a regroupé 134'500 auditeurs quotidiens du lundi au vendredi dans la première moitié de 2020. Autre chiffre réjouissant : la durée d’écoute moyenne passe de 62 à 66 minutes. C’est le meilleur score des radios régionales romandes. Quant à la part de marché, elle passe de 5,4 à 5,76%.

Grrif, la petite sœur des radios BNJ, passe de 28'000 auditeurs à 25'000. En Suisse romande, RTS La Première reste le programme le plus écouté ; son audience accuse néanmoins un recul, passant de 511'000 à 501'000 auditeurs en comparaison annuelle.

De manière générale, l’écoute de la radio en Suisse romande affiche un léger recul au premier semestre 2020. La baisse du taux de pénétration journalière est de 5% par rapport au premier semestre 2019. Au plan national, le média atteint quotidiennement 78% de la population suisse à partir de 15 ans avec une écoute moyenne d’une durée de 118 minutes.

C’est ce qui ressort des données d’audience collectées pendant le premier semestre 2020 sur mandat de Mediapulse. La fondation explique cette légère baisse par les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les restrictions ont porté atteinte à l’écoute de la radio notamment en raison de la diminution des trajets professionnels et privés en voiture. La quasi disparition du sport durant la crise explique aussi en partie cette diminution selon Mediapulse.

Pour des raisons à la fois méthodologiques et d’économie de recherche, les systèmes de mesure de Mediapulse ne couvrent pas la consommation de radio sous toutes ses formes, si bien que les chiffres présentés tendent plutôt à la sous-estimer. L’écoute en différé ou au moyen d’un casque ne sont, par exemple, pas pris en compte. /com-aju


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus