Les smartwatches face aux montres suisses

La pandémie de coronavirus a accentué le repli des exportations des montres suisses les plus ...
Les smartwatches face aux montres suisses

La pandémie de coronavirus a accentué le repli des exportations des montres suisses les plus abordables comme celles de Swatch, notamment en raison de la concurrence des smartwatches

Les montres connectées font de l'ombre aux pièces suisses les plus abordables. (Photo: ldd) Les montres connectées font de l'ombre aux pièces suisses les plus abordables. (Photo: ldd)

Les smartwatches font du mal aux montres suisses abordables. La pandémie de coronavirus a accentué le repli des exportations des montres suisses les plus abordables comme celles de Swatch, notamment en raison de la concurrence des smartwatches. Les volumes de montres exportées diminuent dans le pays en grande partie à cause des pièces moins chères. Sur les 11 premiers mois de l’année, la Suisse a enregistré une baisse de 23.5% des exportations dans ce secteur. Il faut dire que la concurrence s’est renforcée, comme le souligne le président de la Fédération de l’industrie horlogère Jean-Daniel Pasche. Tant en Europe qu’en Asie, il existe davantage de marques produisant des montres peu chères. L’Apple Watch notamment, qui rend la tâche encore plus difficile pour les manufactures helvétiques. Selon des estimations, le groupe californien a vendu quelque dix millions de pièces de plus que la Suisse en 2019.

Mais les marques helvétiques n’ont pas dit leur dernier mot. Le géant Swatch a lancé sa « Swatch Pay » qui permet d’effectuer des achats et Tissot a mis sur le marché la « T-touch Connect Solar ».


Le luxe au secours des ventes suisses

Le volume de ventes des montres coûtant moins de 200 francs à l’export a diminué de presque moitié en 20 ans. Cependant la Suisse peut s’appuyer sur une très forte hausse des ventes de ses pièces de luxe. Pas question pour autant de laisser tomber la fabrication des montres à bas prix selon le président de la FH Jean-Daniel Pasche, car cela permet de préserver le savoir-faire du secteur, même si les coûts de production et la force du franc constituent des inconvénients de taille. /ATS-lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus