Le Conseil de ville biennois attaque la nouvelle année

La première séance de l’année était riche en objets et en débats. Un crédit d’1,8 million de ...
Le Conseil de ville biennois attaque la nouvelle année

La première séance de l’année était riche en objets et en débats. Un crédit d’1,8 million de francs pour la réfection d’un trottoir a passé la rampe et le dossier AGGLOlac est revenu sur la table jeudi soir

Pour cette première séance de l’année, les élus biennois se sont retrouvés à la Maison du Peuple. Pour cette première séance de l’année, les élus biennois se sont retrouvés à la Maison du Peuple.

Près de 2 millions de francs pour la réfection d’un trottoir. C’est ce sur quoi s’est penché jeudi soir le Conseil de ville biennois lors de sa dernière séance. Construit dans les années 70, le trottoir de la rue Hermann-Lienhard est en mauvais état et doit être assaini, estime le conseil municipal.

Etant donné que le trottoir appartient à la municipalité mais que la rue est cantonale, la Ville de Bienne ne prendrait en charge que la moitié des frais de réfection, soit 1,8 million de francs. C’est trop pour le groupe parlementaire des Verts. Il a demandé la réévaluation de l’objet en proposant des alternatives. Des propositions intéressantes selon la directrice des travaux publics, de l’énergie et de l’environnement Lena Frank, mais difficilement réalisables en tenant compte des réalités actuelles. Le crédit a finalement largement passé la rampe.

Lena Frank : « Nous n’avons pas de marge de manœuvre »

Quel avenir pour le dossier AGGLOGlac ?

Dans deux interpellations interpartis, il a été question de l’avenir de l’ancien site d’Expo 02 après le refus parlementaire du projet AGGLOlac. Plusieurs élus ont demandé où en était le processus de dissolution de la société formée pour ce projet. A cela, l’exécutif a répondu qu’il fallait avant tout revoir la planification des rives du lac de manière à rallier une majorité politique. Après dix ans de planification, Nidau, Bienne et l’investisseur Mobimo SA estiment qu’il est préférable de suspendre les travaux de contenu le temps des réflexions, soit au moins jusqu’à l’été prochain. La dissolution de la société de projet sera elle aussi abordée.

Dans ce contexte, le législatif a accepté un postulat qui prie le Conseil municipal de faire avancer les négociations en organisant une table ronde avec tous les acteurs locaux. Selon eux, l’investisseur ne devrait pas y prendre part pour « pouvoir discuter des solutions envisageables en toute impartialité ».


Un projet « luxueux »

Le législatif s’est également prononcé en faveur d’un budget de 902'000 francs pour le réaménagement de la rue Marcelin-Chipot. Dans les grandes lignes, le projet vise l’harmonisation de la zone derrière la gare avec la construction d’un parc. Un projet « de luxe » pour le PRR mais qui se justifie par son emplacement, à savoir entre le Switzerland innovation Park et le futur Campus Biel/Bienne.

Des craintes ont toutefois été émises quant à la cohabitation entre les piétons et les cyclistes. Des élus des Verts et du PS ont regretté l’absence de démarcation claire entre les deux types d’usagers.


Des drones à la place des feux

Les élus ont accepté de mettre à l’étude une alternative aux feux d’artifice de la Fête du lac de Bienne. Les premières expériences de spectacle de drones ont fait leur preuve tant sur le plan écologique que sur le plan culturel, a souligné la fraction PS. Elle propose donc cette technologie moderne pour remplacer une tradition qui « a pris un coup de vieux ». /ddc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus