Le PS biennois veut retenir son aile francophone

Le Parti socialiste biennois ne laissera pas sa faction romande faire cavalier seul si facilement ...
Le PS biennois veut retenir son aile francophone

Après la droite, la gauche francophone biennoise veut prendre son indépendance, contre l'avis de son parti

Conseil de ville de Bienne Le PSR veut former son propre groupe parlementaire au Conseil de ville pour mieux défendre les intérêts francophones.

Le Parti socialiste biennois ne laissera pas sa faction romande faire cavalier seul si facilement. Le PSR a annoncé mardi qu’il allait constituer son propre groupe parlementaire au Conseil de ville pour mieux faire valoir les intérêts des francophones. Une décision qualifiée de « hâtive » par le PS biennois, qui veut le faire rester. Une réunion aura lieu mercredi soir pour tenter de ramener les dissidents au bercail.

 

Résoudre les conflits

Pour le PS biennois, il s'agit d'éviter le morcellement de ses forces en petits groupes. La vice-présidente du parti, Anna Tanner, veut « entendre les points critiques que le PSR veut mentionner » et se dit « prête à faire des pas dans sa direction. » Des ouvertures qui peinent à séduire Glenda Gonzalez Bassi, la présidente du groupe PSR, pour qui la création du groupe est « l'aboutissement d'un long processus.» La nouvelle responsable ne nie cependant pas que des désaccords existent : « Je ne vais pas dire qu'il n'y a aucune tension mais ce n'est absolument pas ce qui nous mène à prendre cette décision. »

 

Les différences linguistiques seraient-elles en train de prendre le pas sur les appartenances politiques ?

Le PSR est le deuxième parti francophone à se démarquer de ses alliés politiques à Bienne. Il y a un mois, le Parti radical romand a également pris ses distances vis-à-vis du camp bourgeois. Un choix à comprendre davantage comme une stratégie politique que comme une division entre francophones et alémaniques selon Virginie Borel, présidente du Forum du bilinguisme. Mais les différences vont au-delà de la langue :  « une ville bilingue ne veut pas dire qu'on lisse tout et qu'on pense la même chose. Il s'agit de deux cultures.» /sca

Virginie Borel :


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus