Visite au pays de la géothermie profonde

Des exemples concrets pour illustrer le projet de centrale de géothermie profonde à Haute-Sorne ...
Visite au pays de la géothermie profonde

La société Geo-Energie Suisse, qui porte le projet de géothermie profonde à Haute-Sorne a invité les Jurassiens à visiter trois centrales en activité

Des participants casqués et attentifs lors de la visite de la centrale géothermique de Soultz-Sous-Forêts. Des participants casqués et attentifs lors de la visite de la centrale géothermique de Soultz-Sous-Forêts.

Des exemples concrets pour illustrer le projet de centrale de géothermie profonde à Haute-Sorne. Geo-Energie Suisse, qui porte le dossier jurassien, a invité ceux qui le souhaitaient à se rendre samedi en Alsace dans les installations de Rittershoffen, Soultz-Sous-Forêts et à Insheim en Allemagne. Une quarantaine de personnes, citoyens et politiciens, ont fait le voyage. Les centrales présentées ne sont pas tout à fait semblables au projet jurassien en termes d’utilisation et d’emplacement. Elles sont toutefois comparables selon le chargé de projet de Geo-Energie Suisse, Olivier Zingg : « Il n’y a pas deux centrales identiques qui existent. À Rittershoffen par exemple, il n’y a pas de production d’électricité. Mais les éléments constitutifs sont tout à fait semblables au projet jurassien ». La centrale de Rittershoffen produit de la chaleur pour une usine de transformation d’amidon alors que la centrale de Soultz, que nous avons visitée, est un projet pilote scientifique, un centre d’expérimentation de géothermie profonde.  

Une culture du sous-sol

Le maire de Rittershoffen a accueilli les visiteurs jurassiens. Daniel Pflug constate qu’il n’y a pas eu d’opposition à la centrale dans sa commune : « Il y a une culture du sous-sol dans notre région. Les premiers forages de pétrole ont été effectués pas loin d’ici et la centrale de Soultz-Sous-Forêts existe depuis 30 ans ». En bref : les gens sont habitués et faire des trous dans le sol ne les effraie pas. Daniel Pflug nous raconte comment on vit avec une centrale comme voisine.

Geo-Energie Suisse voulait donc montrer concrètement des centrales en activité pour que la population se fasse son opinion. Mais comme dit plus haut, les trois installations présentées ne ressemblent pas tout à fait à ce qui sera construit à Glovelier. Le chef de projet de la société basée à Zurich, Olivier Zingg nous explique qu’il est quand même possible de les comparer.

 La centrale de Soultz-Sous-Forêts.

Les installations de Soultz-sous-Forêts sont pionnières dans le domaine. Ce site pilote est le premier au monde à avoir été raccordé au réseau électrique. Depuis 2008, il fournit l'équivalent de 1,5 MW de production nette sur le réseau électrique. Jean-Jacques Graff, le directeur général d’ES géothermie, filiale d’électricité de Strasbourg qui exploite les centrales, nous fait la visite.

Parmi les participants, les avis restent partagés.

Les opposants n’ont, quant à eux, pas jugé utile de participer à l’excursion. Pour Jack Aubry, président de l'association « Citoyens Responsables Jura », « Il ne sert à rien de vouloir comparer l’incomparable ». Pour lui, les trois centrales visitées sont trop différentes de ce qui sera fait à Glovelier. « C’est tout beau tout propre mais ça n’a rien à voir. C’est comme si on montrait une chocolaterie et qu’on voulait construire une fromagerie. On ne peut pas dire que c’est la même chose parce que le produit de base est du lait », s’insurge le militant. /lbr


Actualisé le

Actualités suivantes