Élections au Conseil-exécutif : le Forum du bilinguisme attentif, pas craintif

Le nouveau gouvernement bernois siégera sans Bernhard Pulver qui ne se représentait pas. Le ...
Élections au Conseil-exécutif : le Forum du bilinguisme attentif, pas craintif

Le nouveau gouvernement bernois siégera sans Bernhard Pulver qui ne se représentait pas. Le vert était connu pour sa francophilie : une perte pour la partie francophone mais pas une catastrophe selon la directrice du Forum du bilinguisme Virginie Borel

Christine Häsler remplacera au gouvernement son collègue de parti Bernhard Pulver. (Images: archives et www.christinehaesler.ch) Christine Häsler remplacera au gouvernement son collègue de parti Bernhard Pulver. (Images: archives et www.christinehaesler.ch)

Bernhard Pulver a été remplacé par sa collègue de parti Christine Häsler au sein du gouvernement bernois. Le peuple s’est prononcé dimanche lors des élections cantonales. Il s’agit d’un des trois changements de tête au sein du Conseil-exécutif. Le départ programmé du francophile Bernard Pulver, qui avait étudié à Neuchâtel, soulève des questions. Christine Häsler, qui a fait ses écoles entre Grindelwald et Wilderswil, aura-t-elle la même sensibilité à la minorité francophone du canton ? Pour Virginie Borel, directrice du Forum du bilinguisme, il ne sert à rien de s’alarmer à l’avance. « Pour l’instant, nous n’avons eu aucun signal comme quoi les 10% de francophones du canton ne seraient pas respectés », note-t-elle. « Il faut laisser arriver Madame Häsler à son poste. C’est clair qu’ensuite, nous allons prendre contact avec elle. Nous sentirons alors s’il existe un véritable intérêt et la ligne de la nouvelle conseillère d’Etat ».

 

Une valeur « importante »

Christine Häsler s’est justement défendue d’un potentiel irrespect des francophones du canton de Berne. La nouvelle élue verte au Conseil-exécutif déclare même prendre très au sérieux cette problématique. « Je suis une personne avec un grand cœur pour tout le canton de Berne, avec ses régions différentes, avec ses deux langues et avec ses cultures. Pour moi, la valeur de la francophonie est très importante pour le canton de Berne ».

 

Être « positif »

Virginie Borel ne cache toutefois pas que le départ de Bernhard Pulver représente une perte pour la minorité francophone. « On ne va pas se voiler la face, nous perdons clairement quelqu’un de francophile qui avait le cœur francophone. Pour le reste, les indicateurs politiques ne sont pas négatifs. Il faut aussi que nous fassions confiance au rôle et à la mission de cet organe politique. De plus, Bernhard Pulver laisse aussi un héritage. J’ai envie d’être plutôt positive », conclue-t-elle. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus