Espace Noir attaqué par une bande à St-Imier

Une bagarre a éclaté samedi soir à St-Imier au sein de la coopérative Espace Noir. Une bande ...
Espace Noir attaqué par une bande à St-Imier

Une bagarre a éclaté samedi soir à St-Imier au sein de la coopérative Espace Noir. Une bande de jeunes s’en est pris à des clients et des bénévoles du lieu. La coopérative a tenu à agir afin de stopper cet élan de violence

Espace noir Espace Noir à St-Imier est un centre culturel autogéré. (Image: archives)

Le collectif Espace Noir à St-Imier dénonce une agression physique. Les faits remontent à la soirée de samedi soir. Ils se sont produits au sein de la taverne de la coopérative. À l’origine, une altercation entre un groupe de jeunes. En tentant de s’interposer, les personnes présentes ont ensuite été prises à partie. Des clients et des bénévoles ont été frappés et un porte-monnaie a été volé. Une des victimes a terminé le visage en sang.

La bande n’en est pas à son coup d’essai. Selon Michel Némitz, l’administrateur d’Espace Noir, des altercations jusqu’ici verbales ont déjà eu lieu régulièrement. Des cas de figure qui se présentaient notamment lorsque des jeunes n’ayant pas l’âge légal se voyaient refuser un jeton afin d’acheter des cigarettes. Des vols ont également déjà été remarqués.

 

Agir face à la violence

Cette dernière explosion de violence dépasse toutefois toutes les dernières. Fort de constat, Michel Némitz et tout le collectif d’Espace Noir ont tenu à réagir. Un communiqué a été envoyé à la presse. L'administratuer espère de la sorte créer le débat dans l’espace public. Selon lui, les agissements de ces jeunes qui se prennent pour un « gang de rue » sont notamment la conséquence de la « politique antisociale » et du manque de moyens alloués aux écoles. Il montre également du doigt les parents qui devraient apprendre à leurs jeunes à se comporter de manière civilisée.

 

Mesures en place dès avril

La commune de St-Imier, par l’entremise de John Buchs, a expliqué être au courant de cette agression. Le conseiller municipal a expliqué que des mesures ont déjà été décidées. Dès le 1er avril, Securitas assurera des rondes nocturnes 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Ces agents seront également ponctuellement accompagnés par un animateur socioculturel.

Quant au collectif d’Espace Noir, il refuse pour l’heure de porter plainte mais n’exclut pas pour autant cette possibilité. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus