Le temps est au beau fixe pour l’Hôpital du Jura

L’H-JU a enregistré d’excellents résultats en 2017 tant en termes qualitatifs que quantitatifs
Le temps est au beau fixe pour l’Hôpital du Jura

L’H-JU a enregistré d’excellents résultats en 2017 tant en termes qualitatifs que quantitatifs

Hôpital du Jura Le sourire est de mise à l'Hôpital du Jura (photo: archives).

L’Hôpital du Jura a vécu une année 2017 exceptionnelle. L’an dernier a été marqué par le départ du directeur général Kristian Schneider et la fin du mandat du président du Conseil d’administration Philippe Receveur. Les résultats présentés mardi matin par l’H-JU sont toutefois excellents. L’établissement boucle sur un bénéfice de 4,1 millions de francs alors que l’excédent de revenus se montait à 300'000 francs en 2016 et que le budget 2017 prévoyait un léger déficit. L’amélioration a été obtenue notamment par une amélioration des résultats dans tous les secteurs d’activité et par le gel des salaires du personnel. Un plan d’action intitulé « Cap 8 » qui comprenait 35 mesures a été mis en plan l’an dernier.

Les activités aiguës ont ainsi progressé de 4,1% et celles de l’ambulatoire de 6,7%. Signe de ces bonnes performances : l’Hôpital du Jura a dépassé l’an dernier le cap des 8'000 patients stationnaires aigus pour atteindre le chiffre de 8'250. Ces résultats réjouissent le nouveau directeur général de l’Hôpital du Jura. Thierry Charmillot estime que cela « confirme la bonne évolution » de l’H-JU et le retour de la confiance des acteurs de la santé et des patients envers l’Hôpital du Jura.

Globalement, les recettes de l’H-JU ont progressé de 3,2% alors que les charges ont augmenté de 0,9%. Les fonds propres passent de 37,2 à 41,3 millions de francs. Quant à la dette, elle a été réduite de 3,6 millions pour se situer à 63,2 millions de francs. Plusieurs projets ont été menés à bien l’an dernier avec notamment la rénovation des locaux de dialyse et la création du Centre de compétence oncologique jurassien sur le site de Delémont.

 

Des défis et des projets pour 2018 et au-delà

L’année 2018 s’annonce également « bonne en termes d’activités » pour l’Hôpital du Jura, comme le souligne Thierry Charmillot. L’établissement devra toutefois faire face à une correction de la rémunération dans le domaine ambulatoire. A plus long terme, l’H-JU devra également participer aux mesures pour assurer la croissance de la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura. La contribution unique de l’établissement a été réduite de 12,3 millions de francs à 4 millions. Reste que la cotisation d’assainissement annuel va doubler pour atteindre une charge supplémentaire de 1 million de francs par an jusqu’en 2023.

L’Hôpital du Jura compte néanmoins lancer plusieurs projets pour les prochaines années. Il entend notamment rénover l’étage D du site de Delémont. L’H-JU va également procéder à l’assainissement du site de Saignelégier dont les travaux devraient démarrer dès 2020-2021 pour s’achever en 2022.

 

L’avenir de l’hôpital de Moutier à définir

Autre dossier qui va occuper l’H-JU : l’avenir du site de Moutier de l’Hôpital du Jura bernois en vue de son intégration à l’établissement jurassien. Des discussions sont en cours. Le directeur de l’Hôpital du Jura, Thierry Charmillot, indique que le département médical de l’H-JU planche actuellement à l’interne sur « différentes variantes » afin de « pouvoir proposer des prestations dans le futur à Moutier ». Il relève également que « les soins aigus doivent rester sur le site de Moutier ». « Il est impensable, pour nous, de récupérer cette activité car nous n’avons absolument pas l’infrastructure pour cela », conclut Thierry Charmillot. /comm + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus