Espace Noir respire à nouveau mieux

La coopérative de St-Imier a pu payer ses factures les plus urgentes, rembourser une partie ...
Espace Noir respire à nouveau mieux

La coopérative de St-Imier a pu payer ses factures les plus urgentes, rembourser une partie de la dette de loyer et trouver de nouveaux bénévoles à la suite de son appel à l’aide lancé il y a bientôt six mois

Le bar d'Espace Noir représente son poumon financier avec sur l'image les coopérateurs Alain Delaroque (à gauche) et Michel Némitz. Le bar d'Espace Noir représente son poumon financier avec sur l'image les coopérateurs Alain Delaroque (à gauche) et Michel Némitz.

Espace Noir respire à nouveau, même si tous les problèmes financiers ne sont pas résolus. La coopérative sise à St-Imier avait lancé il y a près de six mois un appel à l’aide. Grâce à la solidarité des sympathisants d’Espace Noir, les factures courantes les plus urgentes ont pu être réglées. 3'000 francs des 30'000 de la dette de loyer ont également été épongés. « Ce sont surtout des gens qui nous soutenaient déjà qui ont fait un effort supplémentaire », explique Michel Némitz, coopérateur à Espace Noir.


Les bénévoles en hausse

Autre point positif, de nombreux bénévoles se sont engagés pour venir en aide au collectif. Michel Némitz parle d’une dizaine de nouvelles têtes, ce qui porte le total de personnes engagées à une vingtaine. « Certaines viennent juste une ou deux fois par semaine, d’autres c’est plus régulièrement ».

Alain Delaroque fait partie des coopérateurs qui s’engagent bénévolement. Il est arrivé de Lille, en France, il y a maintenant six ans. Après avoir fait l’expérience de l’autogestion à Espace Noir durant un stage, il a décidé de ne plus quitter les lieux et y réside également.

Le témoignage d'Alain Delaroque:

À la suite de l’appel à l’aide, la coopérative est tirée d’affaire dans l’immédiat. Elle espère pouvoir se porter mieux à l’avenir en augmentant le chiffre d’affaire de sa taverne. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus