Bienne veut davantage de cadres francophones

Le Conseil municipal va mettre en place diverses mesures pour améliorer la représentation des ...
Bienne veut davantage de cadres francophones

Le Conseil municipal va mettre en place diverses mesures pour améliorer la représentation des Romands au sein des instances dirigeantes de l’administration. Les processus de recrutement seront modifiés dès cet été

Le Conseil municipal veut améliorer la représentation des cadres francophones dans l'administration. (Photo : archives)  Le Conseil municipal veut améliorer la représentation des cadres francophones dans l'administration. (Photo : archives) 

La Ville de Bienne veut régler un problème de représentation francophone dans son administration. Le Conseil municipal a présenté jeudi plusieurs mesures pour lutter contre le manque de cadres romands. Actuellement, ces derniers n’occupent que 31% des postes en question. L’exécutif souhaite arriver à un taux de 45% d’ici fin 2024, sachant que ce seuil correspond, dans les grandes lignes, à la proportion de francophones dans la population biennoise. 


Processus d’engagement revus

Un groupe de travail, créé après une interpellation parlementaire au Conseil de ville, a constaté que les candidatures romandes étaient moins souvent retenues que celles de personnes germanophones. Une certaine sensibilité à engager plus facilement des personnes qui parlent la même langue a notamment été constatée. Le vice-chancelier, Julien Steiner, qui était à la tête du groupe du travail, précise que l’usage du suisse-allemand comme langue de travail peut parfois être un obstacle pour les francophones qui apprennent l’allemand standard à l’école.

Plusieurs mesures ont été proposées pour améliorer la situation. Les processus d’engagement seront ainsi modifiés à partir de cet été. L’idée est de susciter davantage de candidatures francophones, mais également que celles-ci soient mieux prises en compte. L’administration sera aussi davantage sensibilisée à la question. 

Julien Steiner nous détaille les mesures qui seront prises 

Pas de quotas

Les objectifs fixés par le Conseil municipal ne figureront toutefois pas dans la législation. Le but n’est pas d’instaurer des quotas. Selon la directrice des Finances, Silvia Steidle, une telle démarche n’est pas nécessaire, car il existe une réelle volonté politique d’agir. Un avis partagé par le maire, Eric Fehr, qui estime que des règles contraignantes pourraient, au contraire, décourager certains. 

Eric Fehr estime que les quotas ne sont pas une bonne solution

Le Forum du bilinguisme salue la démarche de la Ville de Bienne. Sa présidente est satisfaite que la question soit prise en considération. Contactée jeudi après-midi, Virgine Borel a estimé que cet aspect posait problème dans le cadre de la labellisation de la ville de Bienne. Le label du bilinguisme doit d’ailleurs être renouvelé l’an prochain. 


Parité entre les hommes et les femmes

Le Conseil municipal a, par ailleurs, décidé que le taux de femmes cadres, actuellement de 40%, devait aussi être augmenté dans le même laps de temps. L’exécutif vise la parité hommes-femmes d’ici la fin 2024. Des mesures spécifiques doivent encore être établies, mais les autorités entendent s’inspirer de ce qui a été fait dans le cadre de la représentation des francophones. /alr 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus