Quinze Bernois visent les Etats

Quinze candidats bernois s’affronteront le 20 octobre prochain pour tenter de décrocher l’un ...
Quinze Bernois visent les Etats

Quinze candidats bernois s’affronteront le 20 octobre prochain pour tenter de décrocher l’un des deux sièges réservé au canton au Conseil des Etats

Quinze candidats bernois se présentent à l'élection au Conseil des Etats du 20 octobre prochain. Quinze candidats bernois se présentent à l'élection au Conseil des Etats du 20 octobre prochain.

Ils seront quinze ! Quinze à briguer l’un des deux sièges bernois au Conseil des Etats lors du 20 octobre prochain. Le délai de dépôt de liste est arrivé à échéance aujourd’hui lundi à midi.

Pas de surprise du côté des grands partis, tous les candidats annoncés ces derniers mois sont bien présents. Seul sortant à se relancer, le biennois Hans Stöckli se fixera pour mission de conserver le siège socialiste. La bataille s’annonce rude pour cette élection, chaque groupe ayant sorti l’artillerie lourde pour tenter de décrocher la place laissée vacante par le PBD Werner Luginbühl.

Le PBD, justement, mise sur la conseillère d’Etat Béatrice Simon pour défendre ses billes. Il compte ainsi sur la popularité de la directrice des Finances bernoises, elle qui est arrivée en tête des élections au Conseil-exécutif en 2014 et l’an dernier. Les autres partis majeurs misent quant à eux sur des conseillers nationaux sortants. Premier parti du canton, l’UDC met en avant son président Werner Salzmann pour faire son retour aux Etats après ses échecs de 2011 et 2015. A droite, la voie ne sera toutefois pas libre : le PLR lance Christa Markwalder, le PEV Marianne Streif et les Verts’libéraux Kathrin Bertschy. A gauche, le parti socialiste sera aux côtés des Verts, qui ont actuellement le vent en poupe. Là aussi la stratégie de la présidence a été retenue, avec Regula Rytz comme candidate.

Comme dans chaque élection, on retrouve aussi des candidatures de plus petits partis, qui ont moins de chances de décrocher un siège. Le Parti pirate tente sa chance avec deux candidats, tout comme le Parti des suisses nationalistes situé à l’extrême droite de l’échiquier politique. On retrouve également un candidat pour Les indépendants. Les trois derniers sont pour l’heure inconnus en politique. Pour l’anecdote on constate aussi que l’indépendant biennois Bruno Moser ne figure pas sur les listes cette année. Pour rappel, il avait provoqué un second tour dans le canton de Berne lors de l’élection au Conseil des Etats en 2015, alors qu’il n’avait aucune chance d’être élu. Depuis, le Grand Conseil bernois a décidé qu’un candidat n’ayant pas obtenu au moins 3% des suffrages ne pourrait plus se présenter au second tour. /ast


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus