Bons de garde : les impacts dans la région

De plus en plus de communes adhèrent au nouveau système de bons de garde pour financer les ...
Bons de garde : les impacts dans la région

De plus en plus de communes adhèrent au nouveau système de bons de garde pour financer les places dans les crèches. Les impacts de ce changement restent difficiles à évaluer

 Le nouveau système entrera en vigueur en août 2020. (Image d'illustration) Le nouveau système entrera en vigueur en août 2020. (Image d'illustration)

Tant bien que mal, le système des bons de garde se met en place dans les communes du Jura bernois. Lundi soir, Cormoret, Cortébert, Sonceboz-Sombeval et Saicourt ont accepté d’adopter ce nouveau règlement. À Moutier par contre, les élus ont préféré repousser l’objet à plus tard face au nombre de questions qu’il a soulevé.

Ce nouveau système de garde prévoit de libéraliser le marché des crèches. Les parents recevront des bons de leur commune d’habitation, calculés en fonction de leurs revenus. Ils pourront ensuite librement choisir de faire garder leurs enfants soit dans une structure publique ou privée. Le montant de ces réductions ne pourra pas dépasser les 100 francs par jour.


Un gouffre pour les communes ?

Les communes sont pour l’heure dans l’incertitude quant à l’impact de ce changement dans leurs finances. Ce sont elles qui cofinanceront, avec les parents, la place d'un enfant dans un établissement. Elles seront ensuite partiellement remboursées par le canton.

Membre du comité de l’association Jura bernois.Bienne (Jb.B) (et maire de Valbirse), Jacques-Henri Jufer indique qu’il faudra probablement attendre plusieurs mois avant de pouvoir évaluer le coût réel de la mesure, en raison notamment de l'intégration des crèches privées dans le calcul. Certaines communes prennent pourtant le pas de voter une dépense périodique avec un montant maximal. Si cette solution leur permet de garder une certaine emprise sur les coûts, le risque est de limiter le nombre de bons, comme l’explique Jacques-Henri Jufer :

Dans les autres communes sinon, la charge est inscrite dans le budget, comme à Bienne par exemple.


Les crèches s’organisent

Les établissements doivent aussi s’adapter en vue de l’entrée en vigueur du nouveau système. Les crèches publiques notamment, puisqu'elles ne bénéficieront plus d'avantages par rapport aux structures privées. À la place, ce sont les parents qui recevront des bons de garde, soit une certaine somme d’argent, qu’ils pourront utiliser pour placer leurs enfants dans l’établissement de leur choix. Face à cette révolution les crèches publiques s’organisent comme l'explique Ingrid Tolotti, co-présidente de l’Association bernoise francophone des directions d’institutions pour l’enfance (ABDIP) :

L’entrée en vigueur de ce nouveau système est prévue pour août 2020. /jrg-amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus