Piscines : qui se jettera à l'eau ?

Les bassins de la région accueilleront-ils les baigneurs cet été ? Tramelan renonce, Moutier ...
Piscines : qui se jettera à l'eau ?

Les bassins de la région accueilleront-ils les baigneurs cet été ? Tramelan renonce, Moutier est optimiste pour le 8 juin. Tour d'horizon

 A Moutier, les autorités espèrent pouvoir rouvrir le 8 juin, sous réserve des décisions du Conseil fédéral. (Photo : archives) A Moutier, les autorités espèrent pouvoir rouvrir le 8 juin, sous réserve des décisions du Conseil fédéral. (Photo : archives)

L’été approche, et une question brûle les lèvres : faut-il ouvrir les piscines ? Alors que dans la région Tramelan a déjà renoncé, les autres infrastructures se tâtent encore, mais la volonté d’accueillir les baigneurs est bien présente. Les autorités de Moutier l’ont communiqué mercredi : elles misent sur le 8 juin, sous réserve des prochaines décisions du Conseil fédéral. Il faudra dans tous les cas prendre des mesures strictes, et peut-être engager du personnel supplémentaire. Ces contraintes seront-elles trop lourdes à porter pour la commune ? La réponse du conseiller municipal prévôtois Valentin Zuber : 

L’Association des piscines romandes et tessinoises veut accompagner ses membres sur le chemin de la réouverture. Elle leur a mis à disposition un guide qui contient plusieurs recommandations. On y parle des douches et vestiaires, des files d'attente à l'entrée, de l'espacement sur les pelouses ou encore du nombre de personnes par bassin. Le Prévôtois Marco Fernandez est le vice-président de l'association. Il explique pourquoi avoir publié un tel document :

L’objectif du guide est aussi de créer un climat de confiance. Marco Fernandez profite de l'occasion pour couper court à une rumeur persistante : le virus ne se transmet pas dans l’eau des piscines : 

Chaque commune aura le dernier mot. St-Imier attend encore des décisions au niveau fédéral. Le maire Patrick Tanner espère toutefois une pratique homogène dans la région, ceci pour éviter une sorte de concurrence entre les établissements. A Bienne, le maire Erich Fehr nous a confié mercredi qu’il était impensable de ne pas ouvrir les piscines ou les plages. La situation est un peu différente à la piscine de l’Orval à Bévilard. La configuration des lieux rend difficile l’exploitation, surtout que le passage aux vestiaires est quasi inévitable selon le responsable Jean-Luc Gyger. Les autorités de Valbirse devraient prendre une décision en cette fin de semaine. /oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus