Les RHT au secours de l’industrie du Jura bernois

Les acteurs industriels du Jura bernois anticipent toujours un climat d'affaires difficile ...
Les RHT au secours de l’industrie du Jura bernois

Les acteurs industriels du Jura bernois anticipent toujours un climat d'affaires difficile en lien avec les conséquences du Covid et les incertitudes qui lui sont liées. L'outil de soutien conjoncturel de la réduction de l'horaire de travail (RHT) est jugé indispensable

Un volume d'affaires atrophié depuis un an et l'absence de reprise expliquent le recours important aux RHT, a souligné jeudi la Chambre d'économie publique du Jura bernois (CEP) en présentant son baromètre industriel pour le prochain trimestre. Cet instrument analyse les projections des entreprises régionales.

Interrogées sur ce point, les entreprises estiment pouvoir aborder 2021 de manière plus sereine avec ce soutien, la plupart d'entre elles disposant de périodes de RHT. Cet apport permet de préserver des places de travail et donc le savoir-faire. Les RHT sont garanties jusqu'en septembre 2021.

Patrick Linder : « Cet outil joue pleinement son rôle »

Pour le directeur de la CEP Patrick Linder, une reprise nette du secteur secondaire dans ce délai reste hypothétique en raison du développement de la pandémie mais surtout de ces incidences différées. "Cette perspective doit inviter à réfléchir à la durée de ce soutien dans ces circonstances exceptionnelles", a-t-il estimé.

"Le maintien des capacités industrielles s'impose comme une priorité stratégique pour la Suisse à nos yeux", a commenté Patrick Linder cité dans un communiqué. La 2e vague du Covid-19 en Suisse mais surtout dans le monde plonge le secteur industriel dans une incertitude impossible à lever actuellement.


Faible chiffre d'affaires

Le volume d'affaires attendu reste similaire à celui des derniers mois et se situe à un niveau particulièrement bas en raison de l'impact de la première vague de Covid-19 qui a frappé l'économie mondiale. La situation précaire devrait se prolonger en raison du caractère différé des effets de la pandémie sur l'industrie.

L'impossibilité de voyager à l'étranger bride les relations entre clients et fournisseurs et complique le remplissage des carnets de commandes là où une activité se maintient, relève la CEP. Des entrées de commandes en hausse sont toutefois attendues dans certaines petites entreprises spécialisées ou proposant des compétences spécifiques. /ATS-lfe-oza

« Les indicateurs sont inhabituellement bas »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus