Davantage de coopération entre hôpitaux

Les hôpitaux du canton de Berne présentent une base financière solide mais leur rentabilité ...
Davantage de coopération entre hôpitaux

Les hôpitaux du canton de Berne présentent une base financière solide mais leur rentabilité est trop faible. Le Conseil-exécutif veut donc améliorer la coopération entre les différents sites et le fonctionnement en réseau

Les hôpitaux du canton, ici celui de Moutier, devront plus travailler en réseau à l'avenir. (Photo: archives) Les hôpitaux du canton, ici celui de Moutier, devront plus travailler en réseau à l'avenir. (Photo: archives)

Les hôpitaux du canton de Berne doivent être plus rentables. C’est ce qui ressort d’un rapport de la société PwC demandé par la Direction de la santé, des affaires sociales et de l’intégration. Les hôpitaux du canton ne courent aucun danger financier pour les années à venir, mais leur manque de rentabilité pourrait être problématique sur le long terme. Le Conseil-exécutif a pris connaissance des forces et faiblesses financières et ainsi identifié les chances et les risques pour le futur. Le gouvernement a donc formulé plusieurs recommandations et mesures.

L’axe principal mis en avant par le Conseil-exécutif est la coopération. Il veut que les régions hospitalières coopèrent plus et passent de six à quatre. Cependant il n’est pas question de supprimer des sites, mais de mettre en commun et faire collaborer les régions de prise en charge afin de les agrandir. Cela signifie que certains services spécialisés devraient, comme ça l’est déjà en partie actuellement, être centralisés.

Ensuite, le Conseil-exécutif souhaite favoriser la mise en place de réseaux et de coopérations entre les différents sites, pour progressivement transformer les structures actuelles. A noter que l’Hôpital de l’Île à Berne aura un rôle de moteur dans ce processus.

Finalement le gouvernement bernois souhaite octroyer des mandats de prestations en fonction des régions de prise en charge et du type de soins qui doivent être prodigués. Cela signifie offrir des soins de base à proximité du lieu de domicile, des soins spécialisés dans le respect des prescriptions cantonales en ce qui concerne l’infrastructure, le personnel, la qualité et les nombres minimaux de cas, et pour finir encourager les soins coordonnés afin d’améliorer le suivi d’un patient qui devrait transiter entre différents hôpitaux du canton.

Ces mesures et recommandations du Conseil-exécutif sont transmises au Grand Conseil qui devra les examiner lors de sa session d’automne. /lyg 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus