Trancher par les urnes l'avenir de l'école secondaire autour de Moutier

Le futur des écoliers secondaires dans la couronne prévôtoise pourrait se jouer en votation ...
Trancher par les urnes l'avenir de l'école secondaire autour de Moutier

Le futur des écoliers secondaires dans la couronne prévôtoise pourrait se jouer en votation populaire. Deux des trois options présentées par le canton ont les faveurs de la cote

L'avenir des écoles de la couronne prévôtoise (ici celle de Grandval) n'est pas encore connu. Une commission devrait être mise sur pied pour analyser toutes les options. L'avenir des écoles de la couronne prévôtoise (ici celle de Grandval) n'est pas encore connu. Une commission devrait être mise sur pied pour analyser toutes les options.

L’avenir des écoliers secondaires dans la couronne de Moutier pourrait se déterminer dans les urnes. C’est en tout cas la suggestion formulée jeudi soir par le canton de Berne lors d’une séance d’information qui a réuni les autorités des communes concernées, à savoir Eschert, Belprahon, Grandval, Crémines, Corcelles, Elay, Roches et Perrefitte.

Le 12 août, la Chancellerie d’Etat du canton de Berne a transmis aux communes de la couronne prévôtoise trois modèles d’organisation de l’école secondaire une fois que Moutier aura rejoint le canton du Jura. Ce jeudi soir, les autorités des villages concernés avaient rendez-vous pour en discuter avec des représentants cantonaux. L’occasion de poser des questions, et déjà d’esquisser la suite. A ce stade, sur les trois options proposées, deux se démarquent déjà : le statu quo, avec des élèves qui continueraient à fréquenter l’école de Moutier moyennant un accord intercantonal, ou la création d’une école secondaire dans le Grand Val qui collaborerait étroitement avec l’école secondaire du Bas de la Vallée de Tavannes, à Valbirse. Cette collaboration permettrait de faciliter le recrutement des enseignants, ce qui serait plus compliqué avec la troisième et dernière option, celle d’une école secondaire totalement indépendante dans le Grand Val. Reste que ce sont les communes qui auront le dernier mot. Le maire de Grandval, Ian Laubscher, indique que la première étape devrait être la constitution d'une commission spéciale composée de représentants des localités.

« Il sera difficile de satisfaire tout le monde »

Donner la parole aux habitants : c’est donc l’objectif. Il faudra encore déterminer comment. L’organisation d’une votation populaire par les urnes est privilégiée pour un sujet d’une si grande importance, c’est en tout cas la recommandation du canton. Et l’idée semble séduire. Contacté vendredi matin, le chef du projet Avenir Berne romande Mario Annoni estime qu’il en revient désormais aux communes de travailler sur la procédure à mettre en place. « Le canton leur a fourni un rapport détaillé, mais la suite leur appartient. Il faut les laisser travailler sereinement ». Mario Annoni précise que l'option Moutier ou celle d'une collaboration avec Valbirse reposeront toutes deux sur des conventions à définir, et surtout concrétiser noir sur blanc. Pour l'heure, il retient l’essentiel de ces premières discussions avec les communes : « Tout le monde s’accorde à placer le bien-être des enfants au cœur des préoccupations », se réjouit-il. Une question centrale qui explique aussi pourquoi les avis sont partagés dans la couronne prévôtoise. /oza


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus