Pas plus d’efforts pour les dossiers francophones de l’Intendance des impôts

Le Conseil exécutif a répondu mercredi à une question écrite de Virginie Heyer. La députée ...
Pas plus d’efforts pour les dossiers francophones de l’Intendance des impôts

Le Conseil exécutif a répondu mercredi à une question écrite de Virginie Heyer. La députée PLR de Perrefitte demandait notamment si un lieu de centralisation des dossiers francophones de l’Intendance des impôts avait été formalisé dans le Jura bernois. C’est non

Les dossiers francophones resteront à Bienne, malgré la réorganisation prévue en 2019.. (Photo: image d'illustration) Les dossiers francophones resteront à Bienne, malgré la réorganisation prévue en 2019.. (Photo: image d'illustration)

Berne ne fera pas plus d’efforts pour le traitement centralisé des dossiers francophones des impôts dans le Jura bernois. La députée PLR de Perrefitte Virginie Heyer a interpellé le Conseil exécutif suite à la restructuration de l’Intendance des impôts annoncée en 2019. Son siège se trouve désormais à Bienne, alors que les dossiers francophones du Seeland auraient dû être traités dans le Jura bernois.

Le lieu du traitement de ces dossiers aurait dû être formalisé après la réorganisation effective en lien avec le départ de Moutier. Le Conseil exécutif répond mercredi que cette idée a été discutée à plusieurs reprises notamment avec des responsables du projet « Avenir Berne Romande ». Conclusion : « un traitement centralisé dans le Jura bernois irait à l’encontre des efforts menés pour renforcer le bilinguisme dans l’administration. Les efforts en faveur d’un traitement centralisé des dossiers francophones dans le Jura bernois ne seront donc pas poursuivis ».

Virginie Heyer déplore aussi, dans sa question écrite, qu’il n’y ait plus, aujourd’hui, de cadre francophone pour la région Jura bernois-Seeland à l'Intendance des impôts. Le gouvernement bernois rappelle que la région dispose actuellement d’un responsable de domaine francophone, à l’encaissement. Il ajoute qu’il veille à ce que francophones et germanophones aient les mêmes chances lors de la réaffectation de postes de cadres. D’ailleurs, sur le site de Berne, plusieurs collaborateurs et collaboratrices francophones ont été nommés, précise le Conseil exécutif. /comm-lbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus