Dumping salarial à Boncourt

Une affaire de dumping social et salarial dénoncée par Unia Transjurane. Le syndicat a été ...
Dumping salarial à Boncourt

Unia

Une affaire de dumping social et salarial dénoncée par Unia Transjurane. Le syndicat a été approché par un dessinateur industriel engagé par une société française de placement fraichement établie à Boncourt. Cette dernière recrutait du personnel français pour ensuite le faire travailler en France. L’employé était alors soumis aux conditions suisses mais avec un salaire français. Selon Unia, il s’agit de tourisme transfrontalier. Le syndicat a donc saisi la justice afin que ces sociétés adaptent leurs salaires aux normes suisses. Le Conseil des prud'hommes du Tribunal de première instance à Porrentruy a jugé qu'il s'agit bien de sous-enchère salariale. Par conséquent, l'entreprise épinglée a dû adapter le salaire de l'employé.

 

Aussi avantageux pour les employés

La méthode est évidemment avantageuse pour ces agences de placement, mais également pour les salariés. «Les employés bénéficient en effet d’un contrat à durée indéterminée, fait rare en France, explique Achille Renaud, syndicaliste chez Unia Transjurane. Deuxièmement, bien qu’ils doivent travailler 42,5 heures par semaines étant donné qu’ils sont soumis au régime suisse, leur salaire est tout de même plus élevé», ajoute le syndicaliste.

 

Le SAMT surveille

Le Service des arts et métiers et du travail du canton du Jura nous a indiqué connaître et surveiller ces sociétés de placement. «Tout pendant que cela concerne des salariés français qui travaillent sur territoire français, cela ne nous concerne finalement pas, indique François Valley, le chef de service du SAMT. Ces sociétés ont aussi des mandats dans des entreprises suisses, ce que nous surveillons de plus près, mais pour l'heure, nous n'avons pas de cas à dénoncer. Tout s'est fait dans les règles, c'est-à-dire que les salariés sont payés selon un tarif suisse», ajoute François Valley. /afa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus