Rénovation du Parc Café acceptée après de longs débats

Le projet de rénovation du Parc Café à Bienne a irrité de nombreux élus mercredi au Conseil ...
Rénovation du Parc Café acceptée après de longs débats

 Le Parc Café devrait ouvrir à nouveau ses portes le 1er mai.

Le projet de rénovation du Parc Café à Bienne a irrité de nombreux élus mercredi au Conseil de Ville. Les Verts'libéraux voulaient même renvoyer la copie au Conseil Municipal, estimant que 1,4 million de francs était trop cher payé.

Le renvoi a été rejeté à une courte majorité mais de vives critiques ont fusé de tous les bords politiques du législatif : le projet aurait dû être soumis plus tôt au Conseil de Ville et il aurait dû être mieux planifié, le coût des rénovations devrait être plus bas et les rendements plus élevés, et le Parc Café aurait dû être mieux conçu à l'origine pour éviter d'importants travaux 18 ans plus tard déjà.

Le Conseil Municipal a affirmé qu'il n'y avait pas d'autre alternative satisfaisante afin de maintenir cette endroit attractif pour la population. Il a expliqué avoir choisi le gérant qui lui avait fait la meilleure offre et qu'il n'était pas possible de trouver quelqu'un d'accord d'exploiter le café avec un loyer plus élevé. Au final, le projet a passé la rampe par 27 voix contre 21.

Les travaux vont se dérouler début 2017 pour permettre au café d'ouvrir ses portes le 1er mai. Le toit et les façades seront réparés et isolés, les murs refaits, les vitres changées, les portes remises en état et une plate-forme en bois tournée vers le lac sera construite.

Un outil pour limiter l'endettement

Un autre sujet a nourri les débats du Conseil de Ville mercredi : la mise en place d'un frein à l'endettement. Une motion interpartis émanant de la droite demande au Conseil Municipal d'élaborer un outil pour limiter l'évolution de la dette ces prochaines années. Pour les motionnaires, la situation financière difficile justifie la mise en place de ce frein au niveau communal, alors qu'il est généralement utilisé au niveau fédéral et cantonal.

La gauche s'est opposée à cette motion, estimant que cela risquait de limiter exagérément la marge de manœuvre du Conseil de Ville et de réduire sensiblement les investissements. Malgré ces arguments, le texte a été soutenu par une majorité d'élus. Le Conseil Municipal devra donc revenir devant le législatif avec un rapport sur la mise en place d'un frein à l'endettement permettant d'atteindre un degré d'autofinancement moyen de 80% au minimum.


Durant sa séance, le Conseil de Ville a aussi accepté à l'unanimité de reconduire neuf contrats de droit de superficie avec des coopératives d'habitation et de dépenser 1,2 million de francs pour renouveler les 880 ordinateurs utilisés par les employés de la Municipalité. /mvr


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus