Pierre Alain Schnegg s'inspire des méthodes du secteur privé

« Pour une culture entrepreneuriale dans les politiques de la santé et du social ». Le titre ...
Pierre Alain Schnegg s'inspire des méthodes du secteur privé

« Pour une culture entrepreneuriale dans les politiques de la santé et du social ». Le titre du communiqué de presse de Pierre Alain Schnegg est sans ambiguïté : le conseiller d’État bernois entend mener sa direction en utilisant des outils du secteur privé. Il a dévoilé les missions et objectifs des différents secteurs qu'il dirige lundi devant les médias, lors de son bilan après 200 jours au gouvernement.

Pierre Alain Schnegg a tiré le bilan de ses 200 premiers jours au gouvernement lundi. Pierre Alain Schnegg a tiré le bilan de ses 200 premiers jours au gouvernement lundi.

L'élu UDC constate qu'au sein de sa direction les employés travaillent beaucoup et bien, mais que les processus sont compliqués, que l'on recourt peu aux techniques numériques modernes et que les buts ne sont pas suffisamment définis. Pour y remédier, Pierre Alain Schnegg et ses collaborateurs ont édicté une charte qui liste la vision et les missions des secteurs de la santé publique et de la prévoyance sociale.

 

Renforcer les liens avec l'économie

L'élu du Jura bernois veut notamment développer des outils de pilotage fixant des objectifs mesurables, concentrer les actions sur les tâches fondamentales, mieux contrôler les dépenses, réduire les réglementations, favoriser la liberté entrepreneuriale et développer les partenariats avec le secteur privé.

 

 

 

Les priorités principales sont restructurer le domaine de l'asile,  repenser l'aide aux parents qui placent leur enfant en crèche, encourager l'autonomie des personnes handicapées et élaborer une nouvelle liste des hôpitaux.

Dans les différents offices, les priorités principales sont : restructurer le domaine de l'asile (donner un rôle plus grand aux districts et aux communes),  repenser l'aide aux parents qui placent leur enfant en crèche (passer à un système de bons valables dans la grande majorité des établissements du canton), encourager l'autonomie des personnes handicapées (liberté de choix entre prise en charge résidentielle et assistance à domicile), et élaborer une nouvelle liste des hôpitaux.

 

Vers une réduction rapide des dépenses

Toutes les directions du canton de Berne vont devoir opérer des coupes budgétaires pour un total d'environ 300 millions de francs, afin d'éviter une détérioration des finances sur le long terme. Pierre Alain Schnegg précise que lui et ses collaborateurs sont en train d'étudier la question mais qu'ils n'ont pas encore déterminé dans quels domaines il faudra couper.

Le directeur de la santé publique et de la prévoyance sociale a cependant déjà annoncé sa volonté de diminuer de 10 % par rapport aux normes intercantonales le forfait d'entretien des personnes à l'aide sociale. Le forfait pourrait même baisser jusqu'à 30 % pour les jeunes sans formation. Une mesure qui a provoqué la colère des partis de gauche et de certains cantons, qui accusent Pierre Alain Schnegg de taper sur les plus faibles et de faire voler en éclat le consensus intercantonal. En revanche d'autres cantons ont salué cette décision, estimant qu'il fallait agir pour limiter les coûts de l'aide sociale. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus