Le médecin chef de la cardiologie quitte le CHB en raison des lourdeurs administratives

Le chef du service de cardiologie du Centre hospitalier Bienne démissionne. Le docteur Claude ...
Le médecin chef de la cardiologie quitte le CHB en raison des lourdeurs administratives

Le chef du service de cardiologie du Centre hospitalier Bienne démissionne. Le docteur Claude Röthlisberger invoque des problèmes avec l’administration de l’établissement

Le Centre hospitalier Bienne se porte bien, mais la gestion de l'équipe dirigeante ne fait pas que des heureux. Après 22 ans passés dans l’établissement, dont trois en tant que médecin chef de la caridologie, Claude Röthlisberger, va quitter l’hôpital et se mettre à son compte, dans un cabinet privé à Bienne. Son départ est prévu pour la fin du mois d’août.

 

Les raisons du divorce

Des problèmes avec l’administration de l’hôpital l’ont poussé à faire ce choix : « les relations avec le management ne sont pas adéquates à mes yeux. Notre travail quotidien n’est pas estimé à sa juste valeur, seuls les chiffres comptent, que ce soit le CMI (case mix index) ou encore les points de taxe. J’ai l’impression que l’administration a ses idées et que les médecins doivent les suivre ». Claude Röthlisberger affirme donc ne plus vouloir travailler dans un tel climat. A cela s’ajoute un manque de pouvoir décisionnel : « je suis responsable pour tout mais je ne peux pas décider », indique le médecin.

 

Le CHB conteste

Le Centre hospitalier Bienne réfute ces accusations, tout en regrettant le départ du docteur Claude Röthlisberger. Selon la direction, plusieurs contraintes actuelles sont dues au système de santé publique et à la réforme du financement hospitalier qui a eu lieu en 2012 et qui met les hôpitaux en concurrence.

Le directeur médical du CHB, Pierre-François Cuénod évoque les contingences qui sont plus élevées dans le milieu public en comparaison avec le privé : « la hiérarchie se doit de les répercuter. Un médecin chef a une responsabilité à ce niveau et elle doit aller dans le sens de l’institution. Il se trouve ainsi dans une situation qui n’est pas très confortable puisqu’il doit d’une part tenir compte des nécessités économiques et d’autre part il a des ambitions pour développer son service. Faire la juste part des choses entre ces deux éléments apparemment contradictoires n’est pas très facile. Il se peut qu’on perde courage parfois dans ce genre de situation.

 

Poursuite des activités

Le poste de médecin chef du service de cardiologie sera repourvu. Il a été mis au concours. Durant la période intérimaire, l’offre proposée par le CHB sera maintenue. L’hôpital continuera de prendre en charge des cas d’infarctus à tout moment. /anl


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus