Berne a tout à gagner d’un nouvel accord universitaire

Berne se réjouit de la prochaine révision de l’accord intercantonal universitaire (AIU). Le ...
Berne a tout à gagner d’un nouvel accord universitaire

La révision de l’accord intercantonal universitaire sera financièrement profitable au canton de Berne. En consultation jusqu’en janvier, elle prévoit une nouvelle tarification

 La révision de l’accord intercantonal universitaire sera financièrement profitable au canton de Berne. En consultation jusqu’en janvier, elle prévoit une nouvelle tarification. (Image: Wikimedia)

Berne se réjouit de la prochaine révision de l’accord intercantonal universitaire (AIU). Le projet mis en consultation jusqu’à janvier 2018 prévoit notamment de revoir les tarifs dont s’acquittent les cantons pour leurs étudiants intercantonaux. En tant qu’important canton universitaire, Berne y trouverait son compte.


Système «  plus équitable  »

À l’heure actuelle, chaque canton paie une contribution pour ses ressortissants qui suivent des études dans une université extra-cantonale au canton concerné. Mais ce tarif est fixe et les cantons non-universitaires bénéficient de rabais. Désormais, le système de calcul se fera sur la base des frais existants. Les rabais accordés pour compenser les pertes migratoires, c’est-à-dire pour les cantons où les étudiants ne reviennent plus une fois leur diplôme obtenu, seront supprimés. La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) estime d’après les dernières statistiques que tous les cantons subissent ces pertes migratoires, à l’exception des six grands cantons universitaires. Il n’y a donc pas de raison de maintenir ces rabais, selon la CDIP.
Pour le chef de l’Office de l’enseignement supérieur du canton de Berne, Daniel Schönmann, le nouveau système serait plus équitable. L’accord actuel, qui date de 20 ans, prétérite selon lui les grands cantons universitaires. Avec cette révision, les recettes de l’université de Berne devraient légèrement augmenter. Les cantons universitaires devraient toutefois déduire une part de la facture pour l’avantage de site qu’ils ont en possédant une université sur leur territoire.


Du pareil au même

Daniel Schönmann juge par ailleurs que les différences ne seront pas massives en termes financiers pour les cantons. Un avis que ne partage pas le ministre de la formation du canton du Jura, pour qui la facture risque d’être salée. Le canton voisin, s’il ne bénéficie plus de rabais, devra débourser plus d’un million de francs supplémentaire.
Quant aux étudiants, ils ne devraient pas voir de changement. La libre circulation estudiantine restera garantie. Ils n’auront à leur charge que les frais d’inscription à l’université de leur choix, comme c’est déjà le cas. /ich

 


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus